FCO : manifestation contre le blocage des frontières italiennes : Le ras-le-bol des éleveurs explose à Millau

Alexandre CAYRAC

FCO : manifestation contre le blocage des frontières italiennes : Le ras-le-bol des éleveurs explose à Millau

Les FDSEA et les JA de huit départements ont manifesté leur mécontentement mercredi au péage du Viaduc de Millau dans l'Aveyron. Le gouvernement entendra-t-il le message des éleveurs dont la situation économique n'est plus tenable ?

Forte affluence jeudi matin vers 11 h au péage du Viaduc de Millau. Les FDSEA et les JA des départements de l'Aveyron, de l'Aude, du Gard, du Lot, de la Lozère, des Pyrénées Orientales et du Tarn avaient en effet appelé les agriculteurs à venir manifester sur la route du géant de Millau.
Le thème est clair «les éleveurs sont en colère, le blocage économique des italiens est intenable» mentionne le tract distribué toute la journée aux automobilistes.
Les demandes des éleveurs sont elles aussi sans équivoque : «une réouverture rapide du marché italien et des compensations d'urgences».
Les agriculteurs ne décolèrent pas à l'image de Dominique Fayel, secrétaire général de la FDSEA. «C'est un véritable foutoir ! La situation est totalement bloquée par un caprice italien auquel le gouvernement français ne sait pas quoi répondre»

«Ni pouvoir d'achat ni pouvoir de vendre»

Malgré leur première manifestation au début du mois de mars, les éleveurs français n'ont en effet pas vu de changements significatifs dans la situation. Malgré l'arrivée de vaccins dans le département de l'Aveyron, le délai d'attente pour l'exportation des animaux après leur vaccination peut aller jusqu'à 3 mois. Ce sont autant de mois de perdus dans les ventes qui sont déjà mises à mal.
«Si nous devons respecter les délais, les animaux ne correspondront plus à la demande des italiens et nous devront certainement les brâder pour les vendre» explique en effet Francis Grau, responsable de la section bovin viande de la FDSEA.
Le report des animaux maigres pourrait même venir concurrencer dans quelques mois les animaux finis et tirer l'ensemble des prix vers le bas.
Par ailleurs, tout comme l'entêtement des italiens, le prix de l'aliment ne faiblit pas. « C'est une situation sans pareil : nous n'avons ni le pouvoir d'achat ni le pouvoir de vendre » ironise amer Dominique Fayel.
La menace de recours brandit récemment par l'Etat français contre l'Etat italien, ne satisfait d'ailleurs pas les éleveurs. «Ça va prendre des semaines voire des mois, et la situation sera toujours bloquée» critique le secrétaire général de la FDSEA.
La solution ? «Pratiquer la vaccination sur les animaux sans devoir respecter les délais dans leur totalité» avance Dominique Fayel et d'ajouter «il faut que le commerce reprenne!».

Six camions italiens mis sous embargo

La situation des zones indemnes est elle aussi problématique. Etre obligé de vacciner les animaux alors qu'il n'y a, selon la réglementation française, pas de risque que la maladie soit présente dans cette zone est «aberrant». L'incertitude règne donc dans le sud Aveyron où les éleveurs se demandent s'ils doivent vacciner (et respecter les délais) ou continuer d'attendre un déblocage de la situation.
Mais mercredi les éleveurs voulaient passer à l'action. Six camions immatriculés en Italie ont donc été interceptés par les manifestants au péage de Millau et «mis sous embargo». L'ambassade italienne en France a d'ailleurs été informée de l'action aveyronnaise.

Tendre l'oreille...

L'arrêt forcé pour les transporteurs italiens n'a cependant duré que quelques heures jusqu'en milieu d'après-midi où le siège a été levé par les agriculteurs. «L'Etat doit nous entendre et doit reprendre la main dans les négociations avec l'Italie» soutient Dominique Fayel. Dans tout le Massif central, les éleveurs ont haussé le ton pour que le gouvernement entende leurs revendications.
Blocages, manifestations et rencontres en préfecture se sont ainsi multipliés comme dans le Cantal, la Corrèze, le Puy de Dôme, l'Allier ou la Haute Vienne. Espérons que le gouvernement aura tendu l'oreille.

Source Volonté Paysanne 12

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier