FDSEA et Jeunes agriculteurs confortés par le vote des paysans

Patricia Olivieri

C’est une victoire sans appel pour la liste FDSEA-JA qui s’impose avec 61,54 % des voix dans le collège 1 et fait mieux qu’il y a six ans.

ésultats des différentes listes (en %) dans le collège 1 des chefs d’exploitation en 2007 et 2013.

Mercredi, début d’après-midi salle Jean-Moulin à la préfecture, ambiance crispée autour des 20 scrutateurs mobilisés pour le dépouillement des bulletins de vote de l’élection à la Chambre d’agriculture. Une grosse demi-heure après le début des opérations, les premières tendances donnent dans le collège 1, celui des chefs d’exploitation et assimilés, collège stratégique pour l’issue du scrutin, la liste FDSEA-JA en tête avec un peu plus de 60 % des voix, largement devant la liste SMSA-Coordination rurale et la Confédération paysanne. Des scores qui vont peu bouger au fil de l’ouverture des 3 938 bulletins conformes réceptionnés. 3 938 bulletins soit une participation de 55 %, en net recul par rapport au précédent scrutin en 2007. À 16 h 30, les résultats définitifs sont connus : FDSEA et Jeunes agriculteurs remportent haut la main cette élection avec 2 357 voix sur 3 830 exprimées, soit 61,54 % des voix et un résultat en hausse de près de 2,5 points. Derrière, la seconde place se joue à 65 voix : SMSA-CR devance avec 769 voix (20,08 %) la Confédération paysanne (704 voix, 18,38 %). Les mécontents associés à la Coordination rurale voient ainsi leurs positions reculer puisqu’il y a six ans, le SMSA avait recueilli 17,64 % des voix et la Coordination 6,64 %, soit 24,28 % cumulées. Loin de ratisser plus large, l’alliance des deux mouvements a au contraire bénéficié à la liste FDSEA-JA et à la Confédération paysanne, cette dernière, même si elle progresse de 1,77 point, reste reléguée au rang de troisième force syndicale agricole cantalienne.

Un “encouragement à poursuivre”

“On ne s’attendait pas à faire mieux que la dernière fois, s’est réjoui Patrick Bénézit, président de la FDSEA, qui, à peine la nouvelle connue, a pris la route pour un aller-retour express Guéret(1)-Aurillac. Les paysans du Cantal ont parlé d’une même voix. Ça prouve qu’on est sur les bons combats, celui du prix, de la Pac.” Son colistier, Benoît Aurière, président des JA, s’est dit à la fois fier et heureux : “C’est la reconnaissance du travail réalisé durant ces six années et je tiens à féliciter tous nos responsables cantonaux, c’est la victoire de tous, du bilan de santé de la Pac.. C’est un résultat qui nous légitime encore davantage.” Pour autant mercredi soir dans les bureaux de la FDSEA et des jeunes, l’heure n’était pas au triomphalisme, chacun étant bien conscient de l’âpreté des chantiers à mener : “Ce résultat n’est pas une fin en soi, a ainsi souligné Joël Piganiol, secrétaire général de la fédération. C’est une étape, un signe d’encouragement à poursuivre et rester dans l’esprit de la revendication mais aussi dans ce qui nous distingue des autres, c’est à dire la proposition”. Un soutien des paysans du Cantal qui pour Patrick Escure, candidat à la présidence de la Chambre, “nous donne des obligations et des devoirs.” Cette responsabilité, Patrick Bénézit s’empresse de la renvoyer dans le camp des pouvoirs publics et d’un certain Stéphane Le Foll qui n’a pas convaincu à Guéret : “On sent quand même un gouvernement qui n’a pas pris la mesure des difficultés de l’élevage, il faut vraiment qu’il se mette au boulot rapidement pour ouvrir de nouveaux marchés et ne se contente pas de renvoyer la balle aux acteurs des filières. Et qu’on ne nous dise pas qu’il est impossible de faire un transfert massif des aides du végétal vers les productions animales.”

Déjà sur le terrain

La suite ? Pour Joël Piganiol elle est déjà tracée : “On a fixé un plan d’actions pour aller prochainement avec nos équipes locales à la rencontre des conseillers généraux, présidents de communautés de communes, parlementaires, du nouveau préfet, pour leur présenter notre projet et nos orientations politiques, mais aussi les entreprises car il est indispensable d’obtenir une augmentation des prix dont les éleveurs ont absolument besoin.” “On aurait préféré une petite progression, sincèrement on pensait franchir la barre des 20 % et passer seconds, ce qui me paraîtrait logique, a déclaré pour sa part Michel Lacoste, à la tête de la liste de la Confédération paysanne, tout en relevant la progression des abstentionnistes. Une hausse de l’abstention à laquelle l’envoi de matériel de vote incomplet n’est pas étranger, comme le font remarquer les JA : “On a eu pas mal de remontées par rapport à ce problème, ça a forcément joué même s’il est impossible de chiffrer à quelle hauteur.” Joël Piganiol avance une autre raison, celle d’une campagne “en demi teinte” : “Comme dans toute compétition, il faut de bons adversaires, or la Confédération paysanne est venue sur des arguments peu revendicatifs et des propositions souvent proches des nôtres en particulier sur la Pac. Quant aux mécontents(2), qui ont démarré tard, ils se sont positionnés uniquement sur des propos diffamatoires, ce qui est fort dommage et n’a pas donné une campagne de haute tenue.”

(1) Où s’est tenu mercredi et jeudi le congrès de la FNB (lire en page 17). (2) SMSA-CR, qui n’ont pas souhaité réagir dans l’Union.

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires