Fédération départementale des CUMA : Retour aux valeurs coopératives

Eva DZ

Fédération départementale des CUMA : Retour aux valeurs coopératives

C'était une première pour la nouvelle équipe de la FD CUMA emmenée par Michel Bessière. Elle s'est penchée sur l'animation et l'organisation du groupe plaçant les relations humaines au coeur des préoccupations des responsables CUMA.

Le nouveau président Michel Bessière et son conseil d'administration ont souhaité revenir aux fondamentaux du mouvement CUMA. Proximité, solidarité, dialogue, diversité, motivation, convivialité ... des valeurs à partager et à organiser mises en avant par trois CUMA venues témoigner de leur expérience.
A la CUMA de Tauriac de Naucelle, les 50 adhérents ont choisi de partager leurs valeurs avec les habitants de leur commune. «Tout a commencé en 1998 avec la mise en place du service complet élagueuse en lien avec la commune. Ce fut pour nous le déclic dans la cohésion du groupe», explique le président Daniel Lapeyre. «Nous nous sommes trouvés des complémentarités de service avec la commune». Ainsi qu'avec les autres habitants puisque la CUMA met à leur disposition, sa balayeuse.
La convivialité est aussi partagée entre agriculteurs et non agriculteurs puisque tous les habitants ont été invités aux 20 ans de la CUMA. «Cette rencontre nous a permis d'expliquer notre métier, nos outils comme le pulvérisateur automoteur qui interroge beaucoup mais aussi sur nos actions telles que la collecte des plastiques», poursuit le responsable. Pour toutes ses actions, la CUMA s'appuie sur la MFR de Naucelle et ses élèves. La CUMA est par ailleurs insérée dans un réseau de CUMA locales permettant de répondre aux besoins des adhérents.

Sud-Aveyron

Ce sont justement ces multiples échanges entre CUMA locales que la CUMA du Pourtalou a mis en avant. A l'origine de ce maillage, la fondation de l'Inter - CUMA du Millavois à laquelle a participé Didier Vialettes. «Une équipe s'est soudée autour de cette expérience, des liens se sont créés. Le territoire du Sud Aveyron est vaste et les structures CUMA nous ont resserrés», explique-t-il. L'approvisionnement de paille en période de sécheresse fut aussi l'événement déclencheur : «Ces expériences nous ont prouvées que l'on peut travailler avec d'autres CUMA tout en gardant notre identité locale». Ainsi, elles sont 5 CUMA aujourd'hui à échanger leurs services ainsi que leurs 9 salariés : «Ce système permet à chaque CUMA de maintenir son activité. Elles sont complémentaires et non concurrentes. Tout est basé sur la confiance et la responsabilité».

Confiance

Autre souci auquel sont confrontés les CUMA : le renouvellement des responsables. La CUMA de Villecomtal et ses 80 adhérents a travaillé à cette problématique et s'est organisée pour un passage de relais simple et efficace. C'est d'ailleurs l'un des administrateurs, Jean-Pierre Garric, qui a évoqué les grandes lignes de ce fonctionnement et a fait part de ses motivations : «On s'engage en CUMA par passion, par envie. Nous avons choisi à Villecomtal de préparer les nouveaux arrivants, sans les jeter dans la fosse. Au conseil d'administration, nous sommes une équipe de 15 soudés, liés, tous à la même échelle même s'il y a un président, un secrétaire, un trésorier». Et de développer quelques particularités : «Lorsque nous devons prendre une décision, nous en discutons tous ensemble puis nous votons à bulletin secret pour laisser les gens libres de décider. Pour les gros investissements, nous nous répartissons les tâches en désignant des chefs de projet qui s'occupent des devis. Enfin, nous essayons d'avoir des mandats courts pour que les gens ne s'essoufflent pas».

Accompagner

Pour Yves Carriou, consultant en management coopératif, ces témoignages livrent les valeurs de la coopération : «l'association de personnes qui vivent sur un territoire, l'entreprise avec une certaine organisation du travail et l'éducation et la formation des hommes. La coopération est quelque chose de raisonné, de volontaire».
La FD CUMA a voulu à travers ces expériences, «montrer à chacun que des solutions existent», a poursuivi Michel Bessière. «L'objectif est de maintenir les CUMA locales et de répondre aux besoins de tous les adhérents. Nous sommes là pour vous accompagner, nos animateurs régionaux, nos équipes régionales de professionnels, lors des réunions de secteur, de rencontres thématiques, de moments festifs qui permettent aussi aux CUMA de s'ouvrir aux autres», ajoute-t-il. Car c'est aussi sur la communication que les CUMA travaillent. «Depuis trois ans, nous rencontrons les étudiants en formation agricole du lycée François Marty à Monteils et de la MFR de Naucelle, pour les sensibiliser au réseau CUMA, de même nous intervenons dans le parcours à l'installation».
Pour Yves Carriou, cette communication est importante : «Nous devons faire comprendre notre projet politique sur le terrain, c'est-à-dire notre vision de l'agriculture et des besoins agricoles de demain».

Priorités 2008

Pour 2008, la FD CUMA maintient la pression sur les prêts bonifiés et la nécessité d'avoir «des règles claires», ainsi que sur l'aide spécifique aux dessileuses. De même la FD CUMA veut renforcer son appui sur l'emploi en CUMA.
Enfin, Michel Bessière a annoncé la journée mécanisation annuelle de la FD CUMA consacrée aux tracteurs, jeudi 12 juin sur le secteur de Rieupeyroux. De nouveaux défis que le nouveau président et son équipe sont prêts à relever.

Source La Volonté Paysanne 12

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires