Menu
PleinchampTV Lettre d'info

Fédération nationale bovine : Pierre Chevalier: « Le congrès de Clermont-Ferrand fera date »

Sophie Giraud

Fédération nationale bovine : Pierre Chevalier: « Le congrès de Clermont-Ferrand fera date »

La FNB a fait étape la semaine dernière à Clermont-Ferrand, dans le cadre de sa tournée régionale. En février prochain, elle y reviendra pour y tenir son congrès national.

Les responsables professionnels du Massif central ont les yeux rivés sur 2008. Ils attendent beaucoup de la réforme à mi-parcours de la PAC et espèrent bien que les propositions qu'ils ont compilées dans le livre blanc de l'agriculture du Massif central trouvent plus qu'un écho. La fédération nationale bovine (FNB) soutient ces propositions et son congrès national, organisé les 13 et 14 février prochains à Clermont-Ferrand, lui donnera une occasion de plus de les défendre.



Meilleur équilibre du premier pilier

« Le cyclone mondial des productions agricoles, replaçant l'autonomie alimentaire au centre des enjeux, nécessite de redonner du sens à la politique agricole commune. Telle qu'on la connaît aujourd'hui, cette PAC engendre des déséquilibres. Le seul moyen de conforter la production de viande en Europe, qui est aujourd'hui déficitaire à hauteur de 500.000 tonnes, est de rééquilibrer les soutiens, en faveur des producteurs de bovins et surtout d'ovins, qui en ont bien besoin », explique Pierre Chevalier, président de la FNB. Pour le corrézien, pas question d'aller chercher des solutions du côté du deuxième pilier de la PAC, jugé « trop contraignant », c'est bien dans le premier pilier que les ajustements doivent s'opérer : « Sur les neuf milliards d'euros que comptent le premier pilier, six milliards sont attribués aux productions végétales. Nous proposons qu'une partie de ces six milliards soit redéployée vers les productions animales et la production herbagère ».

Lien entre production et soutien

Pierre Chevalier assure que cette idée fait son chemin, y compris chez les céréaliers, « qui ont bien conscience des limites du système ». Pour Patrick Bénézit, président de la section régionale bovine du Massif central, le scénario est clair : « Si l'équilibre des soutiens entre les productions ne se fait pas, le cheptel diminuera inéluctablement. Attirés par l'embellie des cours, les agriculteurs en mesure de labourer des prés pour installer des céréales le feront sans aucun doute ». Le découplage total de la PMTVA constitue un péril, selon la FNB, capable d'engendrer la perte d'un million de vaches. D'où l'intérêt de conserver le lien entre soutien et production. Reste à faire passer le message auprès des pouvoirs publics et de la Commission européenne. La FNB assure qu'elle s'y emploie. Le congrès de février sera probablement un temps fort du lobbying. Pierre Chevalier en est convaincu « le congrès de Clermont-Ferrand fera date. Une page de l'histoire de la PAC va se tourner ».

Source PRESSE AGRICOLE DU MASSIF CENTRAL

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires