Fédération nationale ovine : Sortir la filière ovine de son état «moribond»

SC

La Fédération nationale ovine (FNO) demande au Gouvernement une aide annuelle de 160 millions d'euros pour sortir l'élevage ovin de son état «moribond».

Profitant de la présidence française du Conseil de l'Union européenne, le ministre de l'Agriculture Michel Barnier a convié ses homologues européens à une conférence sur les «Enjeux de la filière ovine européenne» les 4 et 5 septembre à Limoges. Elle a pour objectif de soutenir ce secteur qui dégage des revenus parmi les plus faibles du monde agricole.

«C'est un moment historique pour essayer de sortir l'élevage ovin de son état moribond», déclare Serge Préveraud, président de la FNO qui demande une aide de 160 millions d'euros par an, soit une prime de 27 euros par brebis. Celle-ci s'ajoutera aux 10,5 euros que l'éleveur touche déjà par brebis.

Le secteur «a été oublié dans les différentes négociations de la PAC dans les années passées et aujourd'hui nous devons rattraper le retard», explique Serge Préveraud, soulignant qu'il s'agit de rééquilibrer les aides alors que l'élevage bovin a bénéficié de soutiens financiers plus importants.

Depuis plus de 25 ans, le cheptel ovin ne cesse de s'éroder en France. En 2007, il ne comptait plus que 8,3 millions de têtes, soit 36% de moins qu'en 1979, selon les chiffres d'Agreste Conjoncture, une publication du ministère de l'Agriculture.

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier