Ferme des "1.000 vaches": l’État demande la démolition de bâtiments illégaux

Ferme des "1.000 vaches": l’État demande la démolition de bâtiments illégaux

L’État demande aux promoteurs de la méga-ferme des "1.000 vaches", dans la Somme, la démolition de bâtiments illégaux, excédant la taille autorisée par le permis de construire, indique le ministère chargé de l'Aménagement du territoire.

Nouveau rebondissement dans le projet de ferme dite des "1.000 vaches". Les services de l'État ont en effet constaté que le chantier ne correspondait pas aux règles et au permis de construire et ont "invité le propriétaire à démolir les installations litigieuses", d'après le cabinet de Cécile Duflot, ministre de l'Égalité des territoires. L'État n'ayant pas le pouvoir "de contraindre le propriétaire à s'exécuter" , il a donc saisi parallèlement la justice.

Le promoteur, qui a déposé simultanément une demande de "permis modificatif" pour ses installations peut s'exécuter ou choisir d'aller au contentieux. "Mais en aucun cas il ne peut choisir de construire hors de la légalité", a insisté le ministère.

Recevant jeudi matin une délégation de la Confédération Paysanne et de Novissen, association locale opposée au projet Mme Duflot et son cabinet leur ont confirmé que "dans le respect du droit, les installations devront respecter le permis de construire et que toutes les installations en infraction seront détruites". Le préfet de la Somme précise dans un communiqué avoir "demandé au porteur de projet de se mettre en conformité avec le permis de construire accordé", après un "constat d'anomalies dans la réalisation des travaux". Les procès-verbaux établis par la préfecture ont été transmis au procureur de la République, ajoute la préfecture.

José Bové : « L'Europe a besoin de paysans, de fermes, pas de fermes-usines »

Le rendez-vous avec la ministre avait été obtenu par la Confédération paysanne après avoir occupé le chantier de la future ferme le 16 janvier.  "Notre combat a payé. On a effectivement trouvé avec la ministre beaucoup de points de convergence concernant les failles du permis de construire et la dimension de bâtiments qui ne respectent pas le permis", a insisté le porte-parole de la Confédération, Laurent Pinatel. "On va continuer de dire qu'on refuse ce modèle de développement agricole : la Confédération réclame un grand débat citoyen sur le sujet", a-t-il conclu.

L'ancien leader de la Confédération et député Europe Écologie au Parlement européen, José Bové, s'est félicité de cette première victoire: "Les nombreuses infractions relevées en décembre sur le site par les services de l'Etat (...) montrent à quel point les promoteurs de ce genre de monstre, ici l'entrepreneur en BTP Michel Ramery, se moquent des lois comme de l'intérêt public".

"J'espère que les ministres concernés - Stéphane Le Foll (Agriculture), Philippe Martin (Ecologie) et Cécile Duflot (Aménagement du Territoire) - pourront coordonner leurs actions politiques pour empêcher non seulement ce projet, mais à l'avenir tout projet de ce type, de se réaliser en France.  L'Europe a besoin de paysans, de fermes, pas de fermes-usines", conclut-il.

 

 

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 13

Popeye80

Dac avec beber. En effet le syndicat maj gère la quasi totalité des coop laitières en France. Donc difficile d'être juge et partie lorsqu'il faut contraindre les industriels a payer le lait à son juste prix. Je suis convaincu que si les industriels laitiers étaient majoritairement "privé" le discours et l'action syndicale serait tout autre.... Et je ne dis pas qu'il ne faut pas de coop mais simplement que le syndicalisme doit être et demeurer INDEPENDANT. Cela permet de comprendre les orientations et positions défendues depuis plus de 30 ans, où à force de vouloir ménager la chèvre et le chou, il a été bien trop souvent oublié de défendre l'intérêt des éleveurs, un comble pour un syndicat!!!!

viveleprogres

je susi fondamentalement pour l'industrialisation massive pour baisser les couts notamment en main d'oeuvre ( de moins en moins de cotisants comme ca soit les cotisants pairont tres tres cher soient ils laisseront deperir leurs anciens , un vrai choix philosophique mais vu la mentalité le choix est fait non?)
bientot a force de progres d'industrialisation , et de ne rien payer a son vrai prix , tout le monde se rendra compte que les usines de demain n'auront plus besoin de main d'oeuvre, on aura peut etre des sociétés a 50% de chomeurs ou plus , qui auront peu ou pas d'argent ...bref une société qui sans jouer les prophetes de mauvais augure coure ineluctablement à l'autodestruction, la revolution

@beber12

combien d'industriels sont en fait des cooperatives de prodcuteurs francais? peut etre faudrait il faire le menage et donner des lecons au bon endroit? pourquoi les gms ne peuvent pas augmenter le prix du lait ? pkoi au moment de l greve du lait le syndicat majoritaire n'a pas suivi pour une vraie coup de semonce du monde paysan, juste pour garder le pouvoir?
il faut etre realiste les paysans ont crrée d'enorme groupe cooperatif ou mutualiste qui fonctionne mais qui sont devenus des outils de pouvoir et de pression pour syndicaliste en quete de pognon et qui esclavagise les paysans
pourquoi ma femme qui travaille dans une grande entreprise a une mutuelle de groupe a prix tres bas et est beaucoup bcp bcp mieux assurées que moi chez le meme assureur d'origine agricole, il va falloir que les agriculteurs se regroupent pour avoir des tarifs? recrée des mutuels?
on va nous faire croire qu'aujourd'hui les tres gros groupes cooperatifs francais sont incapables de dire ont crée une chaine de grande surface , toute la nourriture made in france , les producteurs payé a un prix raisonnable , le moins d'intermediare possible, les marges au plus bas pour que au final consommateur et producteur s'y retrouve...j'ai du mal a croie qu'avec ctte politique et de l'investissement de ces groupes bourrés de pognon en 10ans on casse la gueule a carrefour et auchan

ehoui

bien sur geo que c'est integriste car une bonne partie de paysan esperent l'industrialisation totale de l'agriculture et crois qu'ils seront les derniers agrciulteurs grace à la bonne place qu'ils ont au syndicat cogestionnaire du ministere, leur eldorado une exploitation de 2000 ha avec des petites mains mal payées ils oublient que demain elles feront 4000ha ( mais que leur fiston ne pourra pas les reprendre) et qu'une fois au bord du gouffre de la surproductivité un gentil industriel ou un banquier reprendra une bouchée de pain son outils industriel( comme une industrie normale on attend la plus bas niveau pour reprendre) pour faire une exploitation de 10 000ha , et puis non plus pour reduire les couts mais sastisfaire la soif d'argent et de rentabilité des dirigeants le proprietaire avec un fond de pension americain reprendra 30 000 ha ....au final le paysan qui dit aujourd'hui avoir sa liberté menottée aura la grande chance de redevenir un serf puisque l'on a recreer la noblesse

bob


bravo bove il ya 30ans je t ecouter et te croyer maintenent tu et depute avec un tres bon salaire que tu ne merite pas

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires