Février 2013 : les prix agricoles à la production sont en baisse

Février 2013 : les prix agricoles à la production sont en baisse
Prix de production des légumes frais - Source : SSP (ministère chargé de l'Agriculture)

Les conditions climatiques favorables aux États-Unis et en Argentine ont influencé les cours mondiaux. Et les fortes capacités exportatrices de l’Ukraine et du Brésil ont également contribué à la baisse du prix du maïs.

Au cours du mois de  février 2013, les prix de production des produits agricoles diminuent  de -1,1 % par rapport à janvier ; mais sont en hausse de 6,2% sur un an. Tandis que le prix des céréales baisse de -4,4%.  Le prix des oléagineux se stabilise à un niveau élevé causé par une offre mondiale de colza peu abondante tandis que la demande est contenue. De son côté, le prix de la pomme de terre double par rapport à la même période de l’année dernière, du fait de la faiblesse de l’offre en Europe du Nord. En effet, les intempéries du mois d’août ont gâté près d’un cinquième des récoltes en Angleterre et généré également un déficit de production important aux Pays-Bas et en Belgique.

En France, le temps sec du mois de septembre a contribué à diminuer les rendements. Si le prix des vins évolue peu en février (+0,2 %), les vins de consommation courante affichent néanmoins un prix en hausse de 12,2 % sur un an, en raison d’une baisse de la production due à des vendanges moins bonnes. Le prix des fruits frais croît fortement en glissement annuel (+47,4 %). Les prix de la pomme et de la poire augmentent particulièrement, respectivement de 51,6 % et de 63,2 %, en raison d’une forte baisse de la production à l’échelle de l’Europe.

Concernant les légumes frais, on constate que le prix est en glissement annuel de -14,4 % ; ce qui s’explique par la forte augmentation en février 2012. Ainsi, les prix des salades et des endives baissent fortement sous l’effet d’une offre abondante. En revanche, le prix de l’oignon rebondit depuis le début de la campagne de commercialisation du fait de volumes en baisse après la précédente récolte record.

Enfin, en données corrigées des variations saisonnières, le prix des animaux se maintient globalement en février. Alors que les prix des gros bovins et des veaux augmentent sous l’effet de la réduction des cheptels en France, le prix du porc diminue en raison de la baisse de la demande étrangère ce mois-ci. Le prix des œufs continue de chuter jusqu’à -8,8 % à la suite du rebond de la production.

Source Insee conjoncture

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier