Flambée des prix de l’alimentation animale entre 2010 et 2012

M.B

Flambée des prix de l’alimentation animale entre 2010 et 2012

En 2012, les cours des matières premières ont connu une augmentation importante qui a entraîné une flambée des prix d’achat de l’alimentation animale.

Depuis le début de l’année 2012, les cours des matières premières agricoles servant à l’alimentation animale est en forte hausse. S’ils avaient partiellement diminué durant le deuxième semestre 2011, après une hausse tout au long de l’année précédente, les cours du blé et du maïs sont en constante augmentation entre janvier et août. De janvier à septembre, ils sont légèrement inférieurs à ceux de l’an passé. Cependant, en comparaison avec 2010 ils ont respectivement augmenté de 56 et 49%. De son côté, le cours du tourteau de soja en constante augmentation traduit le maintien d’une forte demande mondiale. Il a d’ailleurs atteint son sommet en août (543 €/tonne), entraînant ainsi le cours du colza.

Ces augmentations affectent les prix d’achat par les éleveurs de produits destinés à l’alimentation des animaux mais de façon plus réduite et lissée dans le temps. Sur les huit premiers mois de 2012, les prix d’achat des aliments composés sont restés stables par rapport à ceux de 2011, mais ont progressé de 26% par rapport à 2010. Tandis que les prix des aliments simples (céréales, tourteaux, etc.) se sont élevés de 4 % en un an et de 24 % en deux ans. L’accélération est d’autant plus forte pour les aliments riches en protéines, notamment ceux destiné aux vaches laitières. Mais la hausse du prix d’achat des aliments des animaux est plus rapide pour les porcins (+35%) que pour les autres catégories d’animaux.

prix des aliments

Les prix des aliments des animaux ont donc fortement progressés en 2011 jusqu’au milieu de l’année pour ensuite redescendre partiellement. Ils sont donc partis d’un point que l’on peut considérer de bas début 2012. Ce qui explique la faible évolution moyenne des prix des aliments sur huit mois. Néanmoins l’évolution constatée sur les deux dernières années apparaît plus forte que celle  des prix à la production. En effet, l’évolution des prix à la production des bovins de boucherie est la seule qui se rapproche de celle des prix des aliments.

Les prix moyens de 2012 ne rendent pas bien compte du niveau de prix atteint au milieu de 2012 et qui risque pourtant de ce maintenir jusqu’à la fin de l’année.

Source Agreste conjoncture - octobre 2012

Publié par M.B

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires