FNE rappelle les engagements pris pour réduire les pesticides

FNE rappelle les engagements pris pour réduire les pesticides

France Nature Environnement a appelé Stéphane Le Foll à ne "pas remettre en cause les engagements" actés lors du Grenelle de l'environnement après que le ministre de l'Agriculture a estimé que les objectifs de réduction des pesticides ne seraient pas atteints.

« L’objectif vital" de réduire l'usage des pesticides de 50% d'ici 2018, "âprement discuté" entre acteurs du Grenelle en 2007, doit "être maintenu", a plaidé dans un communiqué FNE, fédération de 3.000 associations.

"L'objectif de diminution de 50%, on sera en incapacité de l'atteindre, sauf à accélérer un processus dans des conditions et dans des mesures que je n'imagine pas aujourd'hui", a affirmé M. Le Foll devant la mission commune d'information sur les pesticides du Sénat.

"On a bien un problème", a reconnu le ministre de l'Agriculture, tout en évoquant des progrès, comme le fait d'avoir "réussi à diminuer de près de 87% les recours à des molécules actives qui étaient considérées comme dangereuses".

Fin juin, l'Union des industries de la protection des plantes (UIPP) avait annoncé que, loin de se réduire, le marché des pesticides était en hausse en 2011 (+1,3% en volume), en raison de conditions météorologiques particulièrement éprouvantes pour certaines cultures.

"L'objectif de réduire l'usage des pesticides de moitié a été validé par tous les participants (du Grenelle de l'environnement), y compris le monde agricole", a rappelé FNE.

"Le problème n'est pas l'objectif mais la volonté politique pour l'atteindre", a précisé Jean-Claude Bévillard, vice-président de la fédération en charge des questions agricoles.

"Réduire l'usage des pesticides est une priorité pour des raisons de santé des agriculteurs qui les utilisent et des consommateurs et des applicateurs, de pollution des eaux et des sols, d'atteinte à la biodiversité", selon FNE.

Concernant les ambitions du Grenelle, M. Le Foll a évoqué un "deuxième problème" avec les objectifs fixés sur l'agriculture biologique : 20% de la surface agricole d'ici 2020, pour environ 3,5% actuellement.

"J'ai envie peut-être d'avoir des objectifs moins ambitieux mais d'avoir une action qui soit effective", a souligné le ministre de l'Agriculture.

Source d'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier