François Hollande : « Produire davantage mais différemment »

S C

François Hollande : « Produire davantage mais différemment »
François Hollande a été interpellé par des éleveurs inquiets de la montée des prix de l’aliment du bétail.

Après avoir déambulé dans les allées du salon pendant plus de 4h, le président de la république a présenté devant un parterre de responsables professionnels les grandes lignes de son plan d’action pour l’agriculture française. Son ambition : « produire mieux, davantage mais pas comme avant»

La Fnsea satisfaite

Xavier Beulin, président de la Fnsea, a jugé le discours du chef de l'Etat "extrêmement réaliste, pragmatique, à la fois sur la compétitivité, sur la diversité de l'agriculture française, sur les enjeux en matière d'exportation""Quand le président dit ‘l'agriculture est un des secteurs qui doit contribuer au redressement productif’, moi, cela me va", a insisté M. Beulin. Il a notamment salué la volonté du gouvernement de réformer la fiscalité agricole, soulignant que cette mesure est "très attendue par le monde agricole".  Enfin, la "pause" demandée par le gouvernement sur les biocarburants concurrents de l'alimentation est "une décision sage", dans un contexte de fortes tensions sur les marchés agricoles, a estimé M. Beulin. (Source AFP)

François Hollande a  pris son temps mardi dernier à Rennes pour inaugurer le Salon International de l’Elevage. Pendant 4h, le président de la République a déambulé dans les allées pour discuter avec les agriculteurs et  les exposants,  se prêtant de bonne grâce à l’exercice des dégustations, des photos, et s’enquérant de la situation de chacun. 4 h au milieu d’une foule compacte d’agriculteurs, d’exposants et de journalistes qui tentaient de se frayer un chemin jusqu’à lui.

Tout au long de sa visite, François Hollande a été interpellé par des éleveurs inquiets de la montée des prix de l’aliment du bétail, suite à l’explosion des prix des céréales. "J'ai entendu encore aujourd'hui les inquiétudes, les attentes, les espoirs mais j'ai vu aussi beaucoup de fierté et beaucoup de confiance", a déclaré M. Hollande à l'issue de sa visite inaugurale.

« L’agriculture doit contribuer au redressement productif »

hollande-space-2

Ce n’est que vers 18h que le président  a prononcé un discours attendu par les professionnels agricoles. L’occasion pour François Hollande d’affirmer  sa volonté de "faire du secteur agricole et agroalimentaire un moteur pour la croissance et un atout du redressement productif». "Je sais la part que prennent les agriculteurs à la richesse de la France", a-t-il dit rappelant que l'agriculture et l'agroalimentaire constituaient "le premier excédent commercial de notre pays".  

Le président a précisé que l’agriculture faisait intégralement partie de  "l'agenda du redressement" présenté dimanche sur TF1, "il n'y a pas seulement le redressement des comptes publics mais aussi le redressement de la production (...)  L'agriculture fait partie de ce pacte productif pour l'emploi, le commerce extérieur, l'équilibre des territoires", a lancé le chef de l’État.  Dans ce contexte,  « les productions animales sont clairement une priorité », a-t-il précisé, estimant que l’élevage français avait un grand avenir, notamment  à l’exportation.

Retrouver une diversité des modes de production et des cultures

Il s’est  aussi clairement positionné  pour une augmentation de la production mondiale mais aussi française : « La politique agricole du gouvernement sera tournée vers cet objectif de production » a-t-il affirmé. Produire plus, mais surtout mieux et pas « comme avant » a précisé le président  reprenant à son compte le terme de « révolution doublement verte ».  Son objectif : retrouver une diversité des modes de production et des cultures, « cela sera l'objet des groupements d'intérêts économiques et écologiques proposés par le ministre de l'agriculture », précise-t-il. Ces thèmes seront à l'ordre du jour de la conférence environnementale qui va s'ouvrir vendredi et où la profession agricole aura « pleinement sa place »

Concernant la PAC, il a réaffirmé sa volonté  de maintenir son  budget : «  Je considère que la PAC a vocation à contribuer à la croissance et je défendrai pour ma part, un budget européen qui maintienne les crédits de la PAC. »

 François Hollande a par ailleurs annoncé que le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll présenterait au Conseil des ministres "un plan d'action" en faveur des éleveurs  confrontés à l'envolée des prix des matières premières. Le plan, dont les détails ont été  précisés mercredi, comporte un volet national, européen et international.

Il a ensuite confirmé qu’une nouvelle loi de modernisation  de l’Agriculture  sera mise en chantier : « C'est là que seront rénovés le statut de l'exploitant, les modes d'organisation des filières, l'adaptation de la politique agricole commune et la fiscalité » a-t-il précisé.  

Pour lire la totalité du discours, cliquez ICI

Lire aussi : Un plan d’action pour les agriculteurs en difficultés

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires