Fruits d'été : Une qualité aléatoire

Malgré les promesses de fruits d'été « savoureux et sucrés », la qualité des pêches et des abricots est restée « très aléatoire », selon une étude publiée par la Confédération de la consommation, du logement et du cadre de vie (CLCV).

Cette association de défense du consommateur a mené son enquête du 20 juin au 20 juillet, sur 400 lieux de vente, essentiellement en grandes surfaces. Melons, abricots, pêches blanches et jaunes, pour leur majorité d'origine française, ont donc été passée au crible.

Bilan pour la CLCV : « l'embellie annoncée n'a pas eu lieu », « la qualité des pêches et des abricots demeure très aléatoire » et « l'origine « France » n'est pas un gage de qualité gustative ». La CLCV a constaté une baisse du prix des pêches (2,5€/kg contre 2,7€ en 2010) et des melons (1,6€ pièce contre 2,1€ en 2010 pour le melon charentais). En revanche, elle a noté une hausse des prix des abricots (de 3,3€/kg contre 3,1€ en 2010).

La répercussion aux consommateurs de « la chute des prix dont pâtissent les producteurs » est « à géométrie variable », dénonce la CLCV qui appelle « les pouvoirs publics à intervenir au plus vite auprès de la grande distribution pour éviter toute prise de marges abusive ».

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier