Fruits : Les producteurs lancent une grève du paiement des cotisations

Les producteurs du Sud de la France multiplient les cris d'alarme sur leur situation allant jusqu'à décider de ne plus payer leurs cotisations.

La mobilisation des producteurs de fruits ne se dément pas. Pendant tout le week-end du 15 août, ils ont décidé d'alerter l'opinion et les pouvoirs publics sur la situation de faillite dans laquelle ils se trouvent. Le 11 août, quelque 200 manifestants des syndicats FDSEA venus du Gard, du Vaucluse et des Bouches-du-Rhône ont bloqué le péage de l'autoroute à Lançon-de-Provence. En quelques minutes, ils ont intercepté des poids lourds espagnols remplis de pêches, de nectarines, de poires qu'ils ont déversées sur la chaussée.

Des distorsions létales

Ils n'étaient pas nécessairement en guerre contre les producteurs espagnols, mais contre le système, les distorsions de concurrence qui pénalisent les producteurs français et contre les grandes surfaces qui font pression sur les prix au détriment de la qualité. “C'est un problème de société. Est-ce que l'on veut encore des producteurs de fruits et légumes dans nos régions ? Est-ce que l'on veut encore des productions de qualité ?”, s'interroge Claude Rossignol, le président de la FDSEA des Bouches-du-Rhône. Vendredi c'était au tour des producteurs des Pyrénées-Orientales de se mobiliser. Ils se sont rendus au marché Saint-Charles près de Perpignan, la plaque tournante de redistribution des fruits et légumes pour l'Europe entière. Le week-end du 15 août, les producteurs de fruits de la Drôme, de l'Ardèche et du Rhône avaient eux décidé d'interpeller vacanciers et touristes en déployant des grandes banderoles aux péages sur le thème, “SOS fruits et légumes : Politique absente”, “Europe coupable”, “État irresponsable”. Dans la foulée Légumes de France lançait la grève des paiements de cotisations patronales de la MSA, des échéances bancaires et autres charges de ce type. Un mot d'ordre national visant à “conserver le peu de liquidités qu'il nous reste afin de payer nos salariés et nos fournisseurs locaux”, indiquent les producteurs de légumes dans un communiqué.

 

Après le concombre et les tomates, les abricots et pêches

Selon Yves Aris, président de la FDSEA des Pyrénées orientales, 65 % des producteurs de pêches étaient en situation de dépôt de bilan avant le démarrage de la saison 2011, chiffre communiqué par le Centre de gestion. “Cette année pour boucler la campagne, il va manquer 20 % du chiffre d'affaires pour couvrir les coûts, et 20 millions d'euros pour toutes les exploitations arboricoles” du département. La crise ne date pas d'aujourd'hui. “Ce fut la catastrophe sur la salade cet hiver, les campagnes concombre et tomates au printemps ont été complètement “plantées” pour les raisons que l'on sait, la suspicion d'une contamination par l'E. Coli. Aujourd'hui, c'est au tour de l'abricot et de la pêche”, poursuit-il. Et de dénoncer l'État qui “ne joue plus son rôle de régulation”. “On a tué le système de gestion”, déplore-t-il. Attendant beaucoup de la réunion du Conseil spécialisé fruits et légumes convoqué pour le 17 août à Paris (voir ci-dessous) : “Il nous faut des décisions fortes, tel qu'un retrait exceptionnel pour assainir le marché ainsi que des mesures de trésorerie et financières urgentes pour passer un an de plus”. Mais il ne cache pas que ces mesures ponctuelles seront insuffisantes et que sans dispositif structurel, le scénario 2011 va se renouveler l'an prochain. Aussi appelle-t-il de ses voeux un accord interprofessionnel sur “un prix conseillé” au détail. De 2 à 2,50 e/kg pour la pêche, ce qui permettrait de payer 1,50 e/kg à la station. Ce qui serait suffisant pour rémunérer le producteur contrairement au prix actuel de 1 e/kg aujourd'hui qui met les producteurs en faillite.
Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Source L'Union du Cantal

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier