G20 agricole : Le Brésil sera un « partenaire engagé » de la France

Le Brésil sera « un des partenaires les plus engagés » de la France au G20 agricole de juin à Paris pour lutter contre la volatilité des prix agricoles et la spéculation, assure le ministre français de l'Agriculture Bruno Le Maire

Le ministre français a rencontré jeudi et vendredi à Brasilia son homologue brésilien Wagner Rossi, de proches conseillers de la présidente Dilma Rousseff ainsi que des dirigeants de la filière agro-alimentaire. « Au terme de ces entretiens, je peux vous dire que nous sommes, Brésil et France, exactement sur la même ligne », a dit Bruno Le Maire à la presse à Rio.

Il a reconnu qu'il y avait « un certain nombre d'incompréhensions avec le Brésil » qui soupçonnait la France de vouloir contrôler les prix, une mesure inacceptable pour ce géant agricole mondial. « Il était très important de lever ces malentendus », a dit le ministre français qui a affirmé avec force que l'objectif de la France n'était en aucun cas de chercher à administrer les prix.

Lors de cet entretien, le ministre brésilien de l'Agriculture a dit que le Brésil « ne soutiendra aucune proposition visant à un contrôle des prix mais était d'accord sur la nécessité de fixer des règles plus claires pour le marché agricole », rapporte un haut-fonctionnaire brésilien.

La France souhaite faire adopter par les ministres du G20, puis par les chefs d'État à la fin de l'année, un plan d'action pour « lutter contre la volatilité des prix agricoles » et éviter les crises alimentaires. Le G20 réunit les principaux pays industrialisés et les grands pays émergents.

Il a cité « quatre directions » dans lesquelles les deux pays voulaient avancer ensemble : « une plus grande transparence sur les stocks mondiaux agricoles », la création d'un « mécanisme de réaction rapide » en cas de crise agricole, un soutien aux pays les plus fragiles et une « régulation du marché financier qui traite des matières agricoles ».

Selon lui, « il faut mettre fin tout de suite » à la spéculation sur les produits agricoles pour ne pas revivre la bulle immobilière qui a déclenché la crise financière mondiale en 2008.

Source d'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires