Gel des importations par l'Italie : 150.000 broutards sur le carreau

SC

La filière viande française s'insurge de l'annonce faites par l'Italie de fermer ses frontières, dès mardi, aux broutards non vaccinés contre la FCO. La section animale de Coop de France demande aux autorités françaises et italiennes d'agir vite !

«La décision italienne, d'un gel des importations françaises dès le 4 mars, aura des conséquences économiques graves des deux côtés des Alpes qu'aucun des gouvernements ne semble avoir pris en considération à sa juste valeur » explique un communiqué de la section «Bétail et Viande» de Coop de France.

En Italie, un tiers de la viande consommée provient, en effet, de broutards français engraissés sur place. En France, le gel des relations commerciales va se traduire par un volume d'environ 100 à 150 000 animaux qui resteront sur le territoire et pour lesquels il va falloir trouver une solution. « Le contrecoup de cette situation ponctuelle de surplus pourrait se traduire par un appauvrissement de la capacité de production future » prévient Coop de France qui craint que l'approvisionnement des filières d'abattages et de première transformation soit alors durablement perturbé.

«Si aucune solution n'est trouvée rapidement, il n'y aura que des perdants dans cette bataille administrative et seule l'importation en provenance des pays tiers s'en sortira renforcée». Coop de France Bétail et Viande insiste donc auprès des autorités italienne et française pour qu'elles agissent, «dans un esprit européen, dans l'intérêt des éleveurs et des industriels des deux pays».

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires