Glyphosate: des ONG accusent les agences européennes d'évaluation "biaisée"

Glyphosate: des ONG accusent les agences européennes d'évaluation "biaisée"

L'association Générations futures, sur la base d'un rapport réalisé par l'ONG autrichienne Global 2000, a accusé jeudi les agences européennes chargées des produits chimiques et de la sécurité des aliments d'avoir fait "une évaluation biaisée" du glyphosate, un herbicide dont la ré-autorisation est en cours d'examen.

"Sur les douze études disponibles sur la cancérogénicité du glyphosate, sept montrent un risque accru pour les rongeurs exposés à cette substance, mais les agences européennes ne les ont pas prises en compte", a déploré lors d'une conférence de presse François Veillerette, directeur de Générations futures. "C'est une évaluation biaisée", a-t-il accusé. "Le rapport de Global 2000 montre pourquoi les arguments de l'EFSA (agence de sécurité des aliments) et de l'ECHA (agence des produits chimiques) sont fallacieux et comment la réglementation pour l'évaluation des substances chimiques n'a pas été respectée", a ajouté le responsable de l'ONG, à quelques semaines d'un vote décisif à Bruxelles.

Le rapport, très technique, met en cause la méthode statistique retenue, les données utilisées pour comparer les résultats à ceux d'animaux non exposés et la mise à l'écart de certaines études. L'EFSA en 2016 puis l'ECHA en 2017 ont estimé que l'exposition au glyphosate ne présentait pas de risque accru de cancer, ouvrant la voie à la ré-homologation de cet herbicide massivement utilisé en agriculture. Or, en mars 2015, le Centre international de recherche contre le cancer (CIRC), dépendant de l'OMS, avait classé comme "cancérogène probable" cette substance. En raison de cette controverse, les Etats membres n'étaient pas parvenus à dégager une majorité qualifiée en 2016 alors que la licence du glyphosate expirait en juin.

La Commission avait in extremis décidé de la prolonger de seulement 18 mois en attendant un nouveau vote. "Un vote des experts représentant les Etats membres pourrait intervenir lors d'un comité les 5 et 6 octobre", a indiqué Générations futures. "La France, qui s'était opposée à la ré-homologation en 2016, a une position clé dans ce dossier et nous souhaitons connaître au plus vite la position du ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot", a indiqué François Veillerette. La nouvelle évaluation de l'ECHA avait également été mise en cause ce printemps par un scientifique américain renommé, Christopher Portier, qui avait eu accès aux données des études utilisées par l'agence européenne des produits chimiques. Dans une lettre adressée en mai à Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, le chercheur avait notamment estimé que "l'ECHA et l'EFSA n'avaient pas identifié tous les cas statistiquement significatifs de cancer dans les études de cancérogénécité des rongeurs exposés au glyphosate".

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 4

fred

nous connaissons que trop les arguments de ces ong, les études sont biaisées, la commission est sous l'influence du lobby agrochimique et les experts sont dénoncés comme étant corrompus par l'agrochimie ou d'avoir travaillé antérieurement pour ces firmes.

Par contre, ces ong ne lâchent rien, sont sur tous les fronts de la communication, guettent la moindre faille juridique. Elles n'hésitent pas à utiliser une argumentation douteuse style "sénateur tueur d'abeille".
Si la profession cherche à défendre ses intérêts par un mode d'action indirect et discret, les ong cherchent le tapage et jouent sur les peurs alimentaires infondées pour mobiliser les gens. Bref elles ont raison et forcement les autres sont des pourris.

gigi45

Mr portier impliqué depuis de nombreuses années dans la lutte anti glyphosate est évidemment exempt de conflits d'intérêts !!!

fred

nous connaissons que trop les arguments de ces ong, les agences sont corrompus et les experts sont des anciens des firmes, nous avons voté en pensant nous débarrasser de ces ong qui veulent commander alors que nos votes écartent les écolos des urnes. En vérité ces ong sont des forces obscures qui sont les apôtres de la mondialisation, c'est un business les préoccupations écologiques qui leur permet de soutirer de l'argent. ELLES SONT SUR TOUS LES FRONTS DE LA COMMUNICATION ET NE LÂCHENT RIEN POUR AUTANT LEUR BATTAGE MEDIATIQUE NE LEUR DONNE PAS RAISON D'UN POINT DE VUE SCIENTIFIQUE

Robin

Bien sur "Génération future" est une ONG proche des VEGAN. Et comme la viande est classée aussi "cancérogène probable", elle ne serait pas contre que l'on supprime toute viande de notre alimentation. ce sera probablement leur prochain combat.
Le comble pour le glyphosate, c'est que si il est interdit en France ou même en Europe, les consommateurs Français continueront à manger de la viande produite avec du soja qui viendra des US ou d'Amérique du sud. Qui plus est OGM !!! Au bout du compte seuls les agri européens seront perdants. Cela s'appel : se mettre soi même des bâtons dans les roues !!! n'avons nous pas déjà assez de problèmes de compétitivité ?

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier