Grandes cultures : Les irrigants se rebellent

Plusieurs organisations d'agriculteurs se sont réunies mardi à Paris pour dénoncer la loi sur l'eau de 2006 qui, selon elles, va réduire les volumes d'eau consacrés à l'irrigation des terres.

Dans une « déclaration commune », les syndicats agricoles (FNSEA et JA), les chambres d'agriculture, Orama (organisation des grandes cultures) ont réclamé plusieurs mesures et notamment la possibilité de stocker de l'eau.

Ces organisations étaient réunies pour un « meeting syndical » à l'Assemblée nationale à l'initiative de l'association « Irrigants de France » qui regroupe essentiellement les grandes cultures, afin de plancher sur le thème « Irrigation et stockage de l'eau: urgence! ».

Elles sont inquiètes « des baisses alarmantes des volumes qui seront alloués à l'agriculture (...) dans de nombreux départements ». « De telles diminutions de volumes, jusqu'à 70% voire 100%, dans certains bassins, impacteraient fortement les exploitations agricoles et l'ensemble des filières locales », font-elles valoir. Pour elles, « une contrainte technique et économique de cette nature, et ce, dans le contexte actuel de chute des revenus des agriculteurs, est inacceptable ».

En mars, quelques milliers d'agriculteurs avaient manifesté dans le centre de Toulouse pour défendre la fourniture d'eau pour l'irrigation. Ils venaient de toute la partie « Garonne » du bassin Adour-Garonne (Dordogne, Haute-Garonne, Gers, Charente...). Une manifestation similaire avait alors rassemblé les agriculteurs de la partie « Adour » à Mont-de-Marsan.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier