Groupama : La mutuelle tient à assurer un service de proximité avec ses sociétaires

Renaud Saint-André

Groupama : La mutuelle tient à assurer un service de proximité avec ses sociétaires

L'assemblée générale de la caisse départementale s'est tenue sous forme d'une table ronde au cours de laquelle de nombreux sujets étaient abordés.

Qu'est-ce qui différencie Groupama des autres assurances ? La question a été posée le 18 avril dernier, au cours d'une table ronde organisée dans le cadre de l'assemblée générale de la caisse départementale. Philippe Carraud, directeur régional de Groupama d'Oc, fournit des éléments de réponse : “On n'oublie pas que l'assuré est d'abord et avant tout un sociétaire”. Selon lui, cette nuance oblige à une proximité qui sert à la fois la force commerciale et la philosophie qui anime les administrateurs. L'organisme se doit d'être “accessible et réactif”. Pour répondre à ces exigences, Groupama se dote de nouveaux moyens, comme l'a notamment expliqué Martine Cruèghe, directrice départementale. C'est notamment le cas de la plateforme téléphonique de renseignements et de prise en charge, à propos de laquelle 95 % des assurés se disent satisfaits. “Car au bout du fil, ce sont des agents spécialement formés et disponibles”, analyse Mme Cruèghe. Ce qui, bien sûr, n'empêche pas le contact dans une agence ou auprès d'un conseiller qui se déplace à domicile.

Le sociétaire écouté

Pour Guy Lavigne, président de la caisse départementale, l'esprit mutualiste se traduit aussi dans les assemblées de caisses locales. “Toutes les informations y sont livrées en toute transparence et le sociétaire peut y prendre la parole ; il y est écouté”, résume-t-il. Cette notion de proximité sert aussi les services bancaires que développe Groupama. Un volet dont la marge de manoeuvre reste importante. Alain Marcombe, directeur commercial, livre les chiffres : 30 100 comptes ouverts sur les 13 départements couverts de Groupama d'Oc, dont 1 525 dans le Cantal (7 800 prêts contractés, dont 438 dans le Cantal).

Développer l'activité bancaire

“Un potentiel de croissance qui n'est pas atteint”, selon l'expression de Philippe Carraud qui révèle que des mesures seront prises pour rendre les produits et les services plus attractifs. Parallèlement, une nouvelle stratégie de force de vente sera testée... dans un secteur du département que les invités de la table ronde n'ont pas révélé. Cependant, la faiblesse de la branche bancaire ne doit pas faire oublier la performance de l'assurance. Dans le Cantal, une voiture sur trois est assurée à Groupama ; 78 % du monde agricole lui fait aussi confiance. C'est d'ailleurs le meilleur taux de pénétration de l'ensemble du groupe d'Oc. Aussi, Guy Lavigne affirme-t-il à ceux qui pouvaient en douter que “le marché agricole reste pour Groupama une priorité”. Même si, comme l'a laissé entendre Francis Aussat, président régional et président délégué national, une cotation en bourse reste un objectif pour faire partie du “Top ten” européen.

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Source journal L'Union du Cantal »

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires