Groupements d'employeurs cantonaux : Dix ans de bons et loyaux services pour les GEC

vendee agricole

Les groupements d'employeurs cantonaux ont dix ans et leurs responsables calendrier, présidents, trésoriers et secrétaires sont toujours aussi motivés.

L'assemblée générale de la FVGE, jeudi 10 décembre, a été encore cette année un moment riche en échanges, démontrant une motivation inébranlable des bénévoles des Groupements d'Employeurs Cantonaux. « Cette année plus que jamais, entendre la satisfaction des représentants des GEC de mener à bien leur mission et l'optimisme dont ils font preuve face à la conjoncture actuelle fait du bien » retient, Albert Bobineau le président de la FVGE à l'issue de l'assemblée générale de jeudi dernier.
Certes, comme tous les acteurs agricoles, ils craignent l'année 2010 et certains subissent déjà « l'effet crise » mais aucun ne se verrait baisser les bras dans sa mission d'aide au remplacement, action qui revêt une solidarité en laquelle chacun croit et pour laquelle chacun travaille.
Un tour de table a permis de relater les événements de l'année passée et mettre en valeur l'activité du GEC par leurs acteurs. De ces discussions, plusieurs grands thèmes en sont ressortis et notamment la difficulté pour les GEC de trouver « des bons agents de remplacement ». Il ne suffit pas en effet de recruter des bons salariés, il faut en plus que ceux-ci fassent preuve d'un grand sens de l'adaptation, d'une grande polyvalence et de discrétion. Philippe Ruchaud, président du GEC de la Mothe-Les Sables a même concédé qu'il est « hyper dur de remplacer un exploitant » soit parce que ce dernier a du mal a déléguer ou manager, soit parce qu'il exige d'un salarié un travail identique au sien.

Outre la reconnaissance du travail des agents de remplacement, certains GEC ont fait part de leurs difficultés financières. Pour partie, ce déficit est du à des non paiements par des utilisateurs des mises à disposition occasionnant là un réel préjudice financier pour la trésorerie des GEC. Pour d'autres, le déficit est engendré par un remboursement inadapté par rapport à ce qu'il devrait être en cas de maladie/accident et donc en deçà des 80% conclus initialement. La réflexion a alors été engagée sur le travail à conduire en 2010 pour améliorer le taux de prise en charge des remboursements maladie et accident.
Enfin les chantiers pour l'année 2010 ont été évoqués et parmi eux l'accent sera mis sur la santé et sécurité au travail par l'élaboration d'un document unique d'évaluation des risques, la réflexion portera également sur la mise en place d'une éventuelle caisse de péréquation afin de pallier aux impayés des utilisateurs, enfin des formations à l'attention des salariés et des bénévoles seront à nouveau proposées.

Dix années se sont donc écoulées depuis la création des GEC mais l'activité ne s'essouffle pas. Au contraire tous ont des projets pour faire évoluer l'activité et tous poursuivent leur travail de terrain pour que le recours au GEC devienne une évidence. Et même si la constitution des équipes change, la continuité de l'activité doit primer comme en témoigne la venue du nouveau président du GEC de La Roche-sur-Yon, Jean-Jacques Selin qui succède à Brice Guyau.

Source vendee agricole

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier