Hausse des quotas de sucre de l'UE : Brésil, Thaïlande et Australie protestent

Le Brésil, la Thaïlande et l'Australie se sont dits préoccupés par la proposition de Bruxelles d'augmenter les exportations européennes de sucre de 500.000 tonnes, qui va, selon eux, à l'encontre des règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

« L'Australie, le Brésil et la Thaïlande sont préoccupés par la décision de l'Union européenne d'étendre ses exportations de sucre en dehors de ses quotas », ont déclaré les trois pays. La Commission européenne a annoncé le 27 janvier son intention d'autoriser le secteur européen du sucre à exporter 500.000 tonnes de plus d'ici juillet, s'ajoutant à son quota annuel de 1,34 million de tonnes de sucre subventionné.

L'UE a justifié sa décision par une « situation exceptionnelle » de pénurie et de cours élevés sur le marché mondial, promettant qu'il s'agissait d'une mesure « temporaire ». Elle assure qu'elle n'enfreindra pas les règles de l'OMC. Ce que contestent le Brésil, la Thaïlande et l'Australie qui estiment que ces 500.000 tonnes supplémentaires sont subventionnées et contreviennent donc aux règles de l'OMC.

La décision de l'UE « envoie un faux message » aux fermiers européens, « stimule la surproduction et viole les règles de l'OMC », a déclaré l'ambassadeur du Brésil auprès de l'OMC, Roberto Azevedo, à la presse à Genève.

Une action contre l'UE « n'est pas à exclure à l'heure actuelle », ont prévenu les trois pays, tout en restant vagues sur la nature de ces actions. Le Brésil, la Thaïlande et l'Australie ont déjà obtenu gain de cause en mai
2005 après une plainte à l'OMC contre l'UE, obligeant Bruxelles à éliminer ses subventions aux exportations de sucre, qui dépassent son quota.


Source d'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier