Haute Normandie : Filière lin confrontée à la crise

B.BOUCHOT d'après Agreste

Le lin textile est une production emblématique de la Haute-Normandie. Un climat propice alternant soleil et pluie fait de la région la première zone de production française, avec 54 % de la surface de lin cultivé en France. Mais depuis un an, la filière subit les effets de la crise économique.

Une augmentation de la production

En 10 ans, la surface de lin a augmenté de plus de 60 % dans l'ensemble de la région et de plus de 80 % dans l'Eure. En 2007, la production a atteint le niveau record de 41 500 ha pour revenir à 36 700 ha en 2008. Ce repli de 12 %, le plus fort de la décennie, fait suite comme souvent à une mauvaise année. En effet, la récolte 2007, relativement abondante, est de qualité très médiocre et les prix sont en forte baisse. La situation s'inverse en 2008, la récolte est exceptionnelle, près de 8 tonnes de paille de bonne qualité à l'hectare. Le lin produit en Haute-Normandie est en grande partie valorisé en région. 4 coopératives et 9 entreprises privées produisent le lin teillé, la filière emploie entre 300 et 500 personnes. Selon l'AGPL (syndicat des producteurs de lin), le lin teillé en France est à 80 % exporté en Chine où il est tissé, pour ensuite alimenter le marché de l'habillement en Amérique du Nord et en Europe. Alors que la récolte 2007, difficile à vendre, reste en grande partie à écouler, le marché se ferme. Les filatures chinoises, confrontées à la crise bancaire, ont du mal à financer leurs achats et souffrent de la baisse des débouchés sur les marchés occidentaux pour leurs produits textiles.

Des difficultés conjoncturelles

Difficultés également pour les sous produits du lin. La fabrication à partir des anas et étoupes de panneaux et d'isolants destinés à l'industrie automobile et à la construction constitue une voie de diversification pour la filière, mais la crise qui frappe ces secteurs pénalise le développement de ces nouveaux produits. Dans ce contexte difficile, les teilleurs hauts-normands ajustent leur outil industriel, ils ferment des chaînes de production et réduisent les effectifs. Côté production, l'interprofession appelle les liniculteurs à réduire les surfaces en 2009 pour désengorger le marché. Selon les premières estimations de surface, la sole de lin en Haute-Normandie devrait baisser d'environ 20 % cette année. Ces fortes difficultés conjoncturelles inquiètent les producteurs dont la recette diminue depuis 3 ans. Mais les acteurs de la filière se veulent optimistes, pariant sur le maintien du lin dans l'habillement, et envisagent une reprise de l'activité en 2010. A condition toutefois que les entreprises du secteur, et notamment les filatures chinoises et d'Europe de l'est passent le cap difficile de l'année 2009.

Source Agreste

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier