Hémisphère sud : Les récoltes d'Amérique du Sud menacées par une nouvelle sécheresse

Une nouvelle sécheresse menace les récoltes des pays sud-américains du Mercosur, principaux concurrents de l'Union européenne en matière d'exportations agricoles, selon les experts météorologiques et agronomiques.

Au Brésil, en Argentine, au Paraguay et en Uruguay, le printemps et l'été austral s'annoncent peu pluvieux en raison de « La Nina » (la fillette), phénomène climatique caractérisé par des températures anormalement basses des eaux de surface dans le secteur central et oriental du Pacifique.

Le déficit hydrique devrait cependant être moins aigu que lors de son dernier épisode, en 2007-2008, qui avait coûté à l'Argentine un tiers de sa production de soja. Une autre sécheresse avait tué plus d'1,5 million de bovins dans le pays l'année suivante.

Le Mercosur est crucial pour les marchés mondiaux: Argentine et Brésil figurent, avec les États-unis, dans le trio de tête des exportateurs mondiaux de maïs et soja. Ils apportent d'importantes quantités de production sur le marché pendant les premiers mois de l'année, en plein creux hivernal pour les grands pays consommateurs du Nord.

Brésil : hausse de 16,5% des prix de la viande bovine

Au Brésil, premier exportateur mondial de viande bovine et deuxième exportateur mondial de soja en grains, la saison actuelle dite « sèche » se traduit déjà par un déficit en pluies, selon le métérologue Ester Regina Ito. Cette sécheresse touche pour l'instant surtout l'élevage. Associée à une forte hausse de la demande, elle s'est traduite par une hausse de 16,5% des prix de la viande bovine depuis mai, selon le Centre d'études agricoles de l'université de Sao Paulo (CEPEA).

Mais l'inquiétude grandit pour les céréales, certaines semailles - notamment de maïs - étant retardées en raison du manque d'eau. « Nous n'en sommes qu'au tout début de la période de culture au Brésil. Mais si la sécheresse se prolonge de 15 ou 20 jours, elle pourrait avoir des effets plus marqués », déclare Lucilio Rogerio Alves, chercheur au CEPEA.

Argentine : une récolte de blé supérieure à celles des deux dernières saisons

En Argentine, 4e exportateur quatrième mondial de blé et 2e de maïs, il devrait moins pleuvoir que d'habitude de septembre à décembre et « janvier et février s'annoncent compliqués». Les spécialistes misent sur une récolte de blé de 10 à 11,2 millions de tonnes (Mt), supérieure à celles des deux dernières saisons amputées par des sécheresses aigues (7,5 et 8,4 Mt), mais nettement inférieure au chiffre record de 2007-2008 (16,3 Mt).

En Uruguay, pays dont le principal produit d'exportation est la viande bovine, le ministre de l'Élevage, de l'Agriculture et de la Pêche a déjà annoncé des mesures de soutien aux petits producteurs, en particulier aux éleveurs.

Au Paraguay, plus tropical, les habituelles « pluies d'octobre et de janvier pourraient amortir en partie les effets négatifs » de « la Nina », estime pour sa part Edgar Mayeregger, spécialiste du ministère de l'Agriculture et de l'Élevage.

Source d'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires