Inao : Les vins du Tricastin changent de nom

Inao : Les vins du Tricastin changent de nom

Gênés par la réputation de la centrale nucléaire voisine, les vignerons du Tricastin ont obtenu, par l'Inao, l'autorisation de rebaptiser leur appellation « Grignan-Les Adhémar ».

Le comité national viticole de l'Institut national des appellations d'origine (Inao) a émis un avis favorable sur cette demande déposée il y a presque deux ans. La principale étape vers le changement de nom de l'appellation drômoise est donc franchie.

La nouvelle appellation d'origine contrôlée (AOC) fera pendant deux mois l'objet d'une « procédure nationale d'opposition », destinée à recueillir d'éventuelles contestations, avant d'être homologuée par un décret du ministre de l'Agriculture.

« Je suis soulagé et très satisfait. Les vignerons avaient besoin de se débarrasser de cette image qui leur collait injustement à la peau. Le boulet est enfin coupé, ça va débloquer la situation », s'est réjoui le président de l'appellation, Henri Bour.

Se démarquer du nucléaire

Il espère que le nouveau nom, tiré de la commune drômoise de Grignan (où résidait la marquise de Sévigné) et de la famille noble régnant sur la région au XIIe siècle (Les Adhémar), entre en vigueur dès la récolte 2010 pour les six vins concernés (rouge, blanc et rosé, répartis en primeurs et vins de garde).

L'Inao a souligné de son côté qu'il s'agissait d'une décision «exceptionnelle, qui n'a pas vocation à devenir une doctrine », très différente des changements limités admis pour les AOC « Côtes du Lubéron » ou « Côtes du Ventoux » rebaptisées en « Lubéron » et « Ventoux ».

Les viticulteurs du Tricastin, qui bénéficiaient d'une AOC depuis 1973, cherchaient depuis des années à se démarquer du complexe nucléaire implanté à partir de 1974-75 dans trois communes voisines. Une série d'incidents sur ce site, à l'été 2008, a précipité leur décision.

Malgré une série d'analyses démontrant l'absence de radioactivité suspecte dans le vignoble, l'appellation a perdu 40% de son volume en deux ans et les arrachages de vignes ont atteint 600 hectares en 4 ans, laissant 2.100 hectares pour l'AOC.

Source d'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier