Industrie : Roquette se diversifie dans les microalgues

SC d'après AFP

Le groupe Roquette, spécialiste de la transformation des matières premières agricoles, annonce le lancement d'un programme de recherche et développement sur les microalgues afin de se positionner sur les marchés de la nutrition, de la santé et de la cosmétique.

Ce programme, baptisé « Algohub », bénéficiera d'un budget de 28,4 millions d'euros sur cinq ans. Roquette est le chef de file d'un consortium qui réunit 14 partenaires parmi lesquels le groupe agroalimentaire Bonduelle, l'institut Pasteur de Lille, l'Inra ou encore le groupe pharmaceutique Pierre Fabre.

L'objectif est de faire émerger une industrie autour de ce secteur encore peu développé: « nous visons le marché mondial », précise Marc Roquette, PDG du groupe éponyme, qui affiche sa volonté d'être l'un des leaders de ce marché en devenir. Il annonce être prêt à acheter des sociétés qui sont sur ce domaine. Début 2008, le groupe a déjà racheté une société allemande, BPS (Bioprodukte Prof. Steinberg), spécialisée dans la culture des microalgues, à des fins alimentaires.

Sur les plus de 30.000 espèces de microalgues dans le monde, les deux les plus connues sont la chlorelle (alimentation humaine et animale) et la spiruline, utilisée, surtout en Asie, comme complément alimentaire et en cosmétologie.

Le groupe familial Roquette, basé à Lestrem (Pas-de-Calais), compte 6.200 collaborateurs, dont 250 chercheurs et techniciens, en France et dans le monde. Son chiffre d'affaires consolidé s'élève à 2,5 milliards d'euros. Le groupe se présente comme le deuxième producteur européen d'amidons et dérivés, à partir du maïs, de la pomme de terre et du blé. Ces produits sont utilisés par les industries de l'alimentation, du papier, des bio-industries et de la pharmacie.

Publié par SC d'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier