Inondations: Le Foll au chevet des agriculteurs du Loiret

Inondations: Le Foll au chevet des agriculteurs du Loiret

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll s'est rendu vendredi dans le Loiret et a promis d'aider les agriculteurs victimes des inondations au début du mois.

"Nous allons vous aider, il va falloir mobiliser tous les outils existants pour passer cette étape difficile", a déclaré le ministre lors d'une visite à Tigy, sur une exploitation de 200 ha où les cultures de céréales et de légumes ont été en grande partie détruites par les inondations. "Les agriculteurs ont été confrontés à une succession de difficultés si bien qu'il n'y a plus de trésorerie. C'est à l'État et à la solidarité nationale de répondre aux besoins, et c'est ce que l'on fera", a ajouté le ministre, en bottes au milieu d'un champ de carottes jaunies par les pluies.  

Le coût global des dégâts "ne sera pas connu avant six ou sept mois", a-t-il estimé. Toutefois, une première évaluation provisoire devrait être disponible d'ici une dizaine de jours afin de pouvoir mobiliser très vite les moyens nécessaires, "sur le modèle de ce qui a été fait pour la grippe aviaire" dans le Sud-Ouest.

plan d'envergure

Parmi les mesures envisagées, il a cité des exonérations ou des reports de cotisations sociales, des exonérations fiscales, la réactivation du fonds d'allègement des charges (FAC)... "Cela va coûter de l'argent, mais il est normal d'être là à vos côtés", a insisté le ministre. Le président de la FNSEA Xavier Beulin, présent lors de cette la visite, a quant à lui plaidé pour un "plan d'envergure pour l'agriculture face aux handicaps économiques et aux aléas climatiques".

Selon le ministre, une dizaine de départements ont été impactés par les inondations. En région Centre-Val de Loire, les plus touchés ont été le Loiret et le Loir-et-Cher où un quart du chiffre d'affaires pourrait avoir été perdu. Vendredi la préfecture du Loiret a levé les dernières restrictions de consommation d'eau du robinet encore en vigueur dans certaines communes du département suite aux inondations. "La décrue du Loing et de l'Ouanne, la remise en état des installations et les purges des réseaux ont permis un retour à la normale", explique la préfecture.

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 6

Adada

Entendu aujourd hui par un président de chambre grassement payé et plus vraiment agriculteur
" çe sera pire que 76 , la chambre devra accompagné dignement les agriculteurs vers la sortie"
Voilà le discours d un syndicaliste, accompagné dignement , quelques semaines après les inondations il n y a rien à faire evidemment la solidarité nationale c est du vent le fond calamité ne remboursera rien
C est une honte , comment peux t on laisser de telles injustices des types ont tout perdu à cause d une catastrophe naturelle et il ne se passe rien....
Que font les footeux ou est la solidarité des ultra riches , pour qui on met 15000 euros pour accueillir chacune de leur femme
Le temps est à la revolution

Bruno

Pour rebondir sur Abada, il est clair que du blé fusarié n'a jamais su faire un pain qui lève...
Et là, avec des pluies ininterrompues de mi-mai à mi-juin...

Deere 21

En plus sa le fait marrer !

Moumi

En situation de soit disant mobilisation il a fallu plus de 10 jours pour avoir une info incomplète et toujours non complète depuis 8j de la part de la ddt sur le fond calamité .....

Adada

Fabuleux une annee ou l on vend tout en dessous de nos cout de productions ou les consommateurs ne veulent pas payer le lait 2 ct de plus on parle de solidarité nationale
Solidarité le fond calamité n intervient quasiment jamais avec des conditions tellement drastique , et surtout pour indemniser moins de 30% des pertes autant qu une annee comme ca il y aura des faillites en nombre ne parlons pas de solidarité nationale alors que çe sont nos champs qui prennent pour éviter les villes , citadins qui eux sont plutôt bien remboursé
Avec des blés des orages totalement fusaries sans pouvoir être indemnisé sur ce sujet ca va être catastrophique je cherche deja une autre activité pour quitter enfin l agriculture qui accepterait de vivre ces conditions etre à la merci d aléas climatiques de cours fixes par des traders des consommateurs qui ne veulent rien acheter au vrai prix
Le système assurantiel est à revoir d urgence , à quand une assurance revenu , les revenus des farmers n ont fait qu augmente ces dernières années pendant que nos revenus n ont fait que chuter
Je voyais hier mon voisin en bio il était désespéré 0 féveroles les cereales d hiver ont toutes pris la fusa la septo les viroses il en espèrent 10qx si ce n'est pas trop sale, 0 maïs mouches des semis limaces , il part pour la faillite résultat prevu -50000 mini , il me disait que même les Coop sont très inquiètes c est quasi le néant en proteagineux sur le nord de la françe , c la cata en cereales , les cultures de printemps sont mal barrés ou même pas semés , il Craint qu une annee comme ca montre les limites de la bio ils pensent qu une récolte comme ca à l échelle de tout le pays et çe serait la famine



Pour réagir à cet article, merci de vous identifier