INSTALLATION-TRANSMISSION :S’informer pour avoir les outils en main

Vendée agricole Rédaction

 Les journées « Demain je m’installe » et « Demain je transmets et tu t’installes » se sont déroulées le mardi sur cinq cantons. Des participants satisfaits, qui ont pu échanger sur le parcours de jeunes installés et de cédants.

Gaec « Vallée de la Trezanne » à la Roche-Sur-Yon

Au Gaec « Vallée de la Trezanne » à La Roche-sur-Yon,  Cédric Nicolleau explique son parcours aux élèves.
vendée agricole

Cédric Nicolleau est installé depuis 2012 en Gaec avec ses parents en production laitière et engraissement de taurillons avec un cheptel de race normande. Après ses deux BTS en alternance (un en option production animales, un en option analyse et conduite des systèmes d'exploitation), il devient agent de remplacement et aide ses parents sur l’exploitation. Il ne pensait pas s’installer aussi tôt après les études. Mais une opportunité de foncier se présente, il fait alors la démarche de rencontrer le propriétaire. Cette opportunité et la possibilité d’octroi de 200 000 l de quota aux jeunes installés suffisent à décider les exploitants et Cédric à se lancer. Pour lui c’était tout réfléchi, c’était une installation aidée, mais et il bénéficiait de l’accès prioritaire au foncier et de différents avantages fiscaux et sociaux. S’en suivent les prises de rendez-vous, les journées de formation en parallèle du travail sur l’exploitation. Cédric insiste « il faut avoir des notions en juridique en comptabilité notamment parce que c’est important d’être maître de son projet ! ». C’est pour cette raison qu’il appuie auprès des élèves sur l’importance des études. Pour lui, ses deux BTS lui ont apporté beaucoup et ont permis de mener son projet d’installation comme il l’entendait. Ses formations scolaires et préparatoires à l’installation lui ont apporté du recul sur le métier d’agriculteur et une ouverture d’esprit. Les élèves se sont montrés très réceptifs, ont interrogé sur les modalités du parcours, sa durée, mais aussi sur l’organisation du travail au sein du Gaec ainsi que les différents investissements. Cédric a souligné le fait « qu’une installation ce n’était pas tous les jours évident, qu’il fallait beaucoup d’implication, mais que le jeu en valait la chandelle ! »

En partenariat avec la chambre d’agriculture, le Crédit agricole, les GEDA, les Jeunes Agriculteurs ont organisé ces cinq demi-journées sur le thème de l’installation et de la transmission à destination du public, en particulier des établissements de formation et des futurs cédants.

Visites et débat entre cédants et  jeunes

INTERVIEW  Cette 2ème  édition a eu lieu sous deux formes, une en exploitation à Curzon et une en salle à La Verrie avec le même objectif : faciliter les échanges entre cédants, jeunes installé et conseillers. Ivan Poirier, co-responsable du dossier installation livre son bilan.

Comment s’est déroulée cette demi-journée ?

Bien que la journée ne se déroule pas sur une exploitation, les témoignages de deux jeunes installés Gaël Devaud, installé en janvier 2014, et Julien Bitaud installé en Earl avec son père ont pu apporter beaucoup aux échanges. Pierre-Marie Guichoux, conseiller installation-transmission de la chambre d’agriculture a également expliqué de nombreux points notamment sur la transmission. Les témoignages des jeunes ont illustré l’importance du stage de parrainage pour connaître les futurs associés et voir si l’entente est possible. Le Point Info Transmission a été présenté afin de renseigner les cédants sur les possibilités qui s’offrent à eux. De nombreuses questions ont été posées par les cédants et par les jeunes en BPREA.

Quelles sont les différentes interrogations qui ressortent de cette journée ?

Au-delà de trouver un repreneur, c’est l’aspect financier qui inquiète les cédants. C’est en fait la difficulté de trouver un juste milieu sur le montant de la reprise, pour que le cédant et le jeune s’y retrouvent.

La pression foncière suscite également de vives réactions, certains jeunes présents ne pourront pas aller jusqu’à l’aboutissement de leur projet initial compte tenu de surfaces vouées à l’urbanisation et de la difficulté de trouver du foncier.

Quelles sont les suites à donner à cette action ?

Cette action doit être renouvelée, aux vues des nombreuses interrogations à la fois des jeunes et des cédants. Ces journées sont importantes pour informer les deux types de public. Pour les jeunes, c’est aussi l’occasion de montrer qu’un projet d’installation ne se fait pas en un jour, qu’il doit être préparé. Pour cela, il faut connaître bien les démarches. Cette opération de communication sur l’installation et la transmission, et les autres réalisées par les Jeunes Agriculteurs sont donc très utiles pour donner les bons outils en main !

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier