Intrants : la séparation du conseil et de la vente inquiète les coop’

Lise Monteillet

séparer le conseil et la vente de phytos

Une ordonnance serait en préparation concernant « la séparation du conseil et de la vente » des intrants, indique Coop de France, le 14 décembre. Un projet gouvernemental qui cause des remous au sein des coopératives françaises, car il n’est pas sans impact sur l’organisation et le modèle économique de ces organisations.

« La position de Coop de France est celle d’une séparation physique qui permette de lever les ambiguïtés qui pourraient exister entre les deux activités », annonce Pascal Viné, délégué général de Coop de France. Dans le même temps, ce dernier se dit « très attaché à ce que les coopératives puissent continuer à conseiller les agriculteurs en matière d’emploi de ces produits ». Il souligne, en effet, que les coopératives sont « garantes » de la bonne conduite des cahiers des charges de leurs clients.

« On choisira le conseil »

« Si on doit choisir, on choisira le conseil », renchérit Olivier de Bohan, président de Cristal Union et vice-président de Coop de France. Mais il nuance : « je ne suis pas persuadé qu’on doive séparer le conseil et la vente. (…) Cela aura un effet plus négatif que positif ».

D’autant plus que l’arrivée de plateformes numériques apporte un nouveau souffle de concurrence sur l’approvisionnement des exploitations. « La vente est mise sous tension », constate Pascal Viné. Ce qui permet à l’agriculteur d’avoir accès à un plus large choix d’intrants.

Michel Prugue, président de Coop de France, rappelle que l’utilisation de produits phytosanitaires est avant tout « un moyen » pour assurer une production et non « une fin ». Face aux demandes sociétales en matière de réduction de produits phytosanitaires, celui-ci réclame « des moyens », « du temps » et de revenir à la « réalité ».

Sur le même sujet

Commentaires 8

duracuire

trés bien Fairytales cette séparation est une bonne chose ,nous sommes des professionnels ....nous n'avons pas besion de conseilleurs souvant trés jeunes qui ne sont en grande majorité que des vendeurs de poutingues a la botte des firmes avec une belle carotte pour les faire courir plus vite..... utilisons plutot un technicien par l'intermédiare d'une association de producteurs qui ne fait que du conseil !
ah ces pauvres "coop" ou les dirigeants,directeurs et autres chefs grassement payés ne pensent qu'a proteger les gamelles .....

49

ce n'est pas les techniciens qui commandent chez nous, restons dirigeant de nos exploitations, nous somme autant formé voir plus qu'eux.
Il n'ont pas de conseil à nous donner.

fairytales

il est plus que temps quand on voit que certains ont une belle ordonnance, quand on voit que d'autres ont tellement peur d'etre agriculteur qu il leur faut un soutien a la decision 2 fois par semaine , mais evidemment en ne payant et ce sont ceux qui se sont formé qui paient pour eux le communisma a du bon , et pourquoi les autres ne demanderaient pas que la coop fournisse le mecano gratos
les coops sont trop grasses mal gerées , et surtout ici le 1er berlo venu aux 35h qui balaie la cours palpe 2000€/mois primes et 13eme compris , je ne compte pas les week end en sologne en corse les gueuletons etc...... bref n importe qui gagne plus qu un paysan

alain

comme si les techniciens poussés à la vente...
au final, il va se créer des sociétés de conseil qui ne vont rien changer car en vérité nous "traitons" pour défendre nos cultures rien de plus normal que de respecter notre semis notre travail. de plus l'homme a mis son savoir son intelligence pour répondre à des problématiques.
la nature sait être hostile et excessive.
une fois de plus, nos politiques élus ne savent que faire; des lois des textes qui compliquent la vie mais pour quelle finalité en vérité.
la vérité est qu'on ne fait pas confiance
mais dans quel désarroi nous sommes rendus

gib

Et une facture de conseil ( pas forcément pertinent mais très cher..) qui roule ! Une !
Plus une taxe supplémentaire sur les phytos
Plus la TVA sur l'ensemble
Plus ...
plus...
Encore moins de revenu...

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires