Investissements et restructuration de la filière laitière mondiale

Crédit Agricole

Investissements et restructuration de la filière laitière mondiale

Accélération des investissements et de la profonde restructuration de la filière laitière mondiale.Danone rachète pour 437 millions d’euros 25 % du capital de la société chinoise leader du lait infantile Yashili. Le groupe français Bel ouvre une nouvelle usine totalement dédiée au Mini Babybel aux États-Unis (112,6 millions d’euros investis). Le géant néozélandais Fonterra va investir 391 millions d’euros pour acquérir 20 % du capital de Beingmate (lait infantile en Chine). SCR Engineers (Israël) et Nestlé (Suisse) s’associent pour créer un institut d’élevage laitier de pointe en Chine.

La filière laitière mondiale traverse une période complexe. Les très bonnes conditions de production ont entraîné une surproduction globale et les stocks de produits industriels, notamment chinois, ne désemplissent pas. La baisse logique des cours, accélérée par l’embargo russe, s’accompagne d’une forte baisse des prix à la production, et le spectre de la crise laitière de 2009 est aujourd’hui dans les esprits, notamment en Europe, qui prépare, dans le même temps, la fin des quotas.

Cette conjoncture ne freine par les ardeurs des grands industriels laitiers, qui voient beaucoup plus loin, et qui continuent de multiplier les investissements de très grande ampleur, les transactions et les partenariats à l’international.

De fait, même si l’on revient aujourd’hui sur les perspectives de croissance de la Chine, on voit bien que l’accent reste cependant significativement mis sur la conquête du marché laitier chinois. Et les géants internationaux ne s’y trompent pas : cette conquête ne se fera pas sans passer par les acteurs locaux ou sans participer au développement de la filière locale.

D’où les investissements de Danone et Fonterra dans des prises de participation au capital de sociétés chinoises spécialisées dans les laits infantiles. Ces investissements colossaux sont d’autant plus notables que les deux géants s’étaient fixé des objectifs de reconquête de la confiance du marché chinois des laits infantiles, après l’alerte au botulisme d’août 2013 et les diverses accusations d’entente et de corruption proférées sur ce marché…

Autre approche de conquête du marché chinois : le partage et la transmission des bonnes pratiques en termes d’élevage et de production laitière, au travers de la création d’un Institut de l’Élevage dans la province chinoise de Heilongjiang d’une superficie de 600 000 m² par Nestlé et SCR.

Mais la restructuration actuelle de la filière laitière concerne bien l’ensemble du monde laitier, et les opportunités sont aussi à saisir dans les pays développés, comme le montre le succès du Mini Babybel aux États-Unis, qui a amené l’industriel français Bel à y réaliser le plus gros investissement industriel de son histoire.

Source : La note de conjoncture Agriculture et Agroalimentaire - PRISME - n° 6 - Décembre 2014

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 3

popeye80

En effet, nos industriels, coop en tête, font du développement sur le dos des producteurs en rémunérant le lait bien en deça du potentiel permis par "le marché". Ceux sont les producteurs qui financent le développement industriel et la conquête de nouveaux marchés. Quel intérêt de proposer de nouveaux volumes aux producteurs s'ils ne couvrent pas le coût de production subit par l'éleveur? Posons la question aux administrateurs de coop et autres représentants syndicaux (qui souvent sont les même)....

dali

et alors quoi de neuf pietin?
c'est pas nouveaux ca fait un moment que ca dure et souvent ca vient des cooperatives ou parfois les conditions pour les eleveurs sont pires que chez un privé
sinon que font les agriculteurs? que font les syndicats? que font les interpro?
pour les syndicats et l'interpro , ca on le sait ils mangent sur la bete , ils se gavent comme des petits cochons mais bon si les paysans les reelisent a chaque fois c'est que ca ne va pas si mal

pietin 113

Dégouté,les industriels vomissent l'argent à foison et les producteurs crévent!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier