JA : Un projet d'installation doit être réfléchi et surtout pertinent

Jean-Marc Authié

Les Jeunes agriculteurs du Cantal ont organisé, mardi, une journée de l'installation dans l'amphithéâtre du lycée agricole d'Aurillac.

En matière d'installation agricole, le Cantal est un bon élève. C'est d'ailleurs l'une des missions principales des Jeunes agriculteurs de proposer des outils afin d'assurer le renouvellement des générations en agriculture. Mardi, ils ont organisé une réunion dans ce sens au lycée agricole d'Aurillac. L'objectif était de convaincre la centaine de jeunes et adultes issus des BTS, Bac Pro, CFA, CFPPA et de la Maison familiale et rurale de Marcolès du bien- fondé de leur démarche. “Dans l'agriculture, nous avons une chance : celle de pouvoir toucher entre 50 000 et 60 000 euros pour l'installation. Ce n'est pas le cas des autres secteurs d'activités comme l'artisanat par exemple, précisait Nicolas Cussac, président des JA. Vous êtes l'avenir du département et le groupe installation est là pour vous guider. Quand on s'installe, on n'est pas seul. Il existe de nombreux moyens humains et techniques pour vous accompagner. C'est une chance. Sachons la préserver.”

Des hommes et des outils

Pour appuyer cette démarche, les JA du Cantal avaient convié Bruno Montourcy, président du syndicat en Aveyron, département pilote du nouveau programme d'accompagnement à l'installation effectif depuis 2009. “Rien n'avait évolué depuis 15 ans. Nous avons travaillé pendant un an et demi avec le ministère pour développer cet accompagnement. Maintenant, il faut que les JA fassent vivre cet outil plus personnalisé, plus court, plus simple et basé sur la formation des hommes. La formation initiale a également besoin d'évoluer.” Réflexion et pertinence, deux maîtres mots de cette réunion. “On ne peut se permettre de bâcler son projet d'installation. La réflexion doit être importante”, notait le président aveyronnais. “Afin de faciliter le parcours, tout se passe désormais à la Chambre d'agriculture avec une mutualisation des services. Il faut garder cette pertinence qui vaut également pour votre projet”, ajoutait le président cantalien. Alors que les échanges avec la salle se faisaient discrets (lire par ailleurs), les JA rappelaient quelques chiffres importants. En 2010, 93 projets d'installations ont été agréés en Commission départementale d'orientation agricole (62 en Gaec, 28 en individuel et trois en EARL). Cela représente une baisse de 2,1 % par rapport à 2009 (- 8,4 % en Auvergne et - 14 % en France). “Chez nous, la politique d'installation est un choix. Si nous ne l'avions pas fait, je ne sais où on en serait aujourd'hui”, concluait Patrick Escure, président de la FDSEA.
Point info intallation : Odile Bombal au 04 71 45 56 04.
Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Source L'Union du Cantal

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier