Jean-Michel Lemétayer : Accord sur les marges : «Rien n'est réglé pour les producteurs»

SC

Pour Jean-Michel Lemétayer, président de la FNSEA, «rien n'est réglé pour les agriculteurs» suite à la signature d'un accord sur la modération des marges des fruits et légumes, en cas de crise.

«Cet accord est une bonne chose pour le consommateur mais n'apporte rien aux producteurs» a estimé Jean-Michel Lemétayer, à l'occasion d'une conférence de presse sur le SPACE, à propos de l'accord de réduction des marges sur les fruits et légumes (en cas de crise), signé lundi entre la grande distribution et le Gouvernement.

Pour le président de la FNSEA, il manque un volet concernant la production. Car si la grande distribution baisse ses marges en cas de crise, rien ne garantit que le producteur sera mieux rémunéré. «Rien n'est réglé pour le producteur» a répété M. Lemétayer qui rappelle que la FNSEA réclame la suppression des 3R (Remises, Rabais, Ristournes), la mise en place de contrats avec les distributeurs et d'un observatoire des prix et des marges. Des demandes qui devraient trouver des réponses dans le cadre de la loi de modernisation agricole (LMA) en discussion actuellement.

Jean-Michel Lemétayer estime également que cet accord doit concerner toutes les filières et pas seulement celle des fruits et légumes.



Menace d'une taxe sur les surfaces commerciales

Concrètement, cette disposition prévoit qu'en cas de «crise conjoncturelle», la grande surface s'engage à « réduire, le cas échéant, la marge brute qu'elle pratique sur le produit concerné afin que son taux de marge brute sur ce produit soit inférieur ou égal à son taux de marge brute moyen des trois dernières années ».

D'après Bruno Le Maire le système s'appliquera à partir d'un niveau de prix calculé sur les 5 dernières années. Par exemple, pour la pêche ou la nectarine, si leur prix est inférieur de 10% au prix de référence. Si l'accord n'est pas respecté, le président Sarkozy menace d'instaurer une taxe additionnelle sur les surfaces commerciales qui pourra être imputée aux grandes surfaces récalcitrantes.

Cette taxe devrait être inscrite dans la LMA. Le ministre de l'Agriculture a appelé les chaînes de hard-discount à «signer l'accord» déjà conclu avec les représentants des sept principaux groupes de distribution en France (Carrefour, Casino, Système U, Auchan, Leclerc, Intermarché, Cora).

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier