Jérôme Bédier : La valeur ajoutée ne se partage pas»

Le président de la Fédération des entreprises du commerce et de la distribution (FCD) Jérôme Bédier a estimé que la solution des crises agricoles ne résidait pas dans un partage de la valeur ajoutée mais dans une organisation du marché et des filières.

« Engager le débat sur le thème de la valeur ajoutée n'est pas la bonne façon de faire », a déclaré Jérôme Bédier, en réaction aux propos de Nicolas Sarkozy qui avait affirmé sur TF1 : « Je veux poser la question de la répartition de la plus value dans la chaîne de production (...) Les producteurs agricoles doivent en avoir plus par rapport aux distributeurs ».

« Le monde agricole est dans une grande difficulté. »Nous le savons, nous n'y sommes pas indifférents». Mais « la valeur ajoutée, elle, ne se partage pas », a estimé M. Bédier. « Les agriculteurs savent bien que leur revenu dépend de l'équilibre de leur propre marché ». « Il faut ôter cette espèce d'illusion qu'il y a un sac d'or enterré (...) et qu'il faut aller se servir », a-t-il poursuivi.



Travailler à la compétitivité et à l'organisation des filières

Selon lui, «la bonne manière d'introduire le débat» est de travailler à la compétitivité et l'organisation des filières alimentaires et agroalimentaires françaises.

Il a souhaité que « le travail de l'observatoire des prix et des marges se fasse jusqu'au bout » et s'est dit favorable à la contractualisation entre producteurs et industriels du lait.

M. Bédier a réitéré deux propositions de son organisation dans le cadre de la LMA. La première prévoit une indication d'origine pour les ingrédients qui représentent plus de 50% des produits agroalimentaires. Il s'est également prononcé pour la possibilité, en temps de crise grave, de fixer un prix minimum.

Dans la distribution, l'année 2009 a été marquée par «une baisse forte des prix», sur fond de forte concurrence entre les enseignes, qui s'est traduite par une diminution sensible des marges opérationnelles, assure-t-il.

Source d'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier