Jeunes Agriculteurs en Bretagne : des résultats économiques équivalents à leurs ainés

GENEVIEVE AUDEBET

Principal partenaire dans les installations agricoles, CERFRANCE Bretagne analyse chaque année les résultats des jeunes agriculteurs. Majoritairement installés en société et en production laitière, ils dégagent des résultats économiques équivalents à leurs ainés.

Jeunes Agriculteurs en Bretagne : des résultats économiques équivalents à leurs ainés

Les Jeunes agriculteurs (installés depuis moins de 10 ans) continuent de privilégier les formes sociétaires. Sept exploitations sur 10 se font en GAEC ou en EARL. La production laitière reste prédominante puisque 2 jeunes sur 3 sont producteurs de lait. Dans ces exploitations l’atelier lait est souvent associé à d’autres productions animales (viande bovine, production porcine, aviculture…). La forme juridique lors de l’installation est liée à la nature de l’atelier animal. La moitié des JA détenant un atelier lait s’installe en GAEC, cela s’explique par les anciennes modalités de gestion des références laitières. La SAU à l’installation est très variable selon la structure choisie : elle varie de 59 ha en individuel à 84 ha en EARL pour atteindre 123 ha en GAEC. 6 Jeunes agriculteurs installés en porcs naisseurs engraisseurs sur 10 choisissent la structure EARL ou en SCEA.

Jeunes Agriculteurs en Bretagne : des résultats économiques équivalents à leurs ainés

Des moyens de production plus importants et une meilleure rentabilité

Les jeunes agriculteurs spécialisés en lait ou porc disposent de moyens de production plus importants en terme de SAU (+8 ha en lait, + 4 ha en porc) , de cheptel (+50 000 l lait , + 40 truies) et de main d’œuvre (0.2 UTH en lait, + 0.3 UTH en porc).
Les jeunes agriculteurs dégagent une meilleure rentabilité que leurs ainés : l’EBE pour 1000 l est supérieure de 11 €/1000 l et l’EBE par truie dépasse de 87 € le niveau des ainés. C’est en production porcine que l’écart de technicité est plus marqué : +0.8 porcs/truie, -0.01 d’IC, marge brute + 72 €/truie. Cette meilleure rentabilité leur permet de faire face aux charges d’amortissements et aux frais financiers supérieurs. Récents investisseurs, les jeunes agriculteurs doivent financer un capital d’exploitation plus important : +89 €/1000 l ; + 600 €/truie. Ils affichent donc un taux d’endettement plus élevé que leurs ainés. En termes de revenus, les jeunes agriculteurs dégagent des revenus équivalents en production laitière et supérieurs à leurs ainés en production porcine du fait notamment d’une plus grande productivité de la main d’œuvre : + 24 truies par UTHF. 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier