Jeunes agriculteurs : Un mois pour avoir toutes les cartes en main

P. Olivieri

Ils sont 14 futurs jeunes agriculteurs à avoir suivi cet automne la formation “Devenir acteur en milieu rural”.

Des vaches, la plupart d'entre eux “en voient tous les jours à la maison”. Alors autant aller voir ailleurs avant de poser les derniers jalons de leur installation agricole. Ailleurs, en l'occurrence dans un lieu un peu retiré du monde, sur les hauteurs de Thiézac, un site propice à prendre du recul sur leur futur métier. Durant quatre semaines du 7 septembre au 1er octobre, ces 14 aspirants agriculteurs ont donc troqué les bottes et le tracteur pour le stylo, les visites et autres jeux de rôle, se prêtant à la règle de vie collective de la formation Devenir acteur en milieu rural. Quatre semaines, qui à l'évidence les ont marqués, leur donnant de nouvelles clés de lecture du paysage et des politiques agricoles. Pourtant au départ, ils le reconnaissent, c'est la perspective d'une équivalence d'un mois de stage dans le parcours préparatoire à l'installation qui les a motivés à s'inscrire à la formation proposée par les Jeunes agriculteurs. Vendredi, au terme de la restitution de leur stage aux acteurs de l'agriculture cantalienne, tous ont souligné combien les apports de ce mois de rencontres et d'échanges ont dépassé cette seule perspective. Et pour cause : ces jeunes candidats à l'installation ont certes été sonder les responsables des organisations professionnelles agricoles cantaliennes afin de mieux cerner le rôle et le fonctionnement de ces OPA, mais ils ont aussi eu le privilège d'accéder aux plus hautes sphères décisionnaires françaises et européennes.

Vivre de son métier mais pas que pour son métier

La visite de l'Assemblée nationale, de la Commission et du Parlement européen étaient en effet au programme de leur seconde semaine de stage tout comme des entretiens avec un député européen belge (Marc Tarabella), avec un représentant des JA français (Hervé Coupeau) au Cese (Conseil économique et social européen) ou encore avec des responsables de la DG Agri à Bruxelles. Autant d'occasions pour ces futurs éleveurs (en majorité) d'évoquer le débat actuel sur la Politique agricole commune après 2013 et les stratégies à plus court terme pour le secteur du lait et de la viande bovine. “On lui a appris des choses et il nous en a aussi appris”, relevait avec humour Stéphane Lacoste, évoquant la discussion avec M. Tarabella autour de l'agriculture de montagne.
Meilleure connaissance de leur environnement agricole, de la Pac, approche approfondie des institutions nationales et européennes... : “J'estime qu'on a toutes les cartes en main pour s'impliquer et défendre notre avenir”, concluait celui qui a déjà mis en adéquation la parole et les actes, puisqu'il assure la présidence des JA du canton de Maurs. Une implication essentielle à ses yeux pour “faire parler de nous, car si on ne le fait pas, à Bruxelles on sera vite oubliés”. S'impliquer, oui, mais pas seulement dans le giron agricole. “Il faut qu'on s'ouvre vers l'extérieur, s'engager dans le syndicalisme mais pas seulement : il y a aussi les collectivités locales, les associations...”, poursuivait S. Lacoste, dans le droit fil des ambitions qui ont conduit il y a plus de dix ans les Jeunes agriculteurs à relancer cette formation. “Il faut vivre de notre métier mais pas que pour notre métier”, concluaient les stagiaires, donnant du baume au coeur aux responsables d'OPA présents en quête de jeunes recrues au sein de leur conseil d'administration.

 

Le principe du parrainage

Et Jean-François Navarro, responsable de la formation aux JA, de rebondir sur cette conclusion en incitant les organisations agricoles à mettre en pratique le principe du parrainage évoqué il y a deux ans par le syndicat jeune dans son rapport d'orientations. L'occasion aussi pour lui de faire part du projet des JA de conduire une seconde session annuelle de la formation, d'où son appel aux bonnes volontés financières...
Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Source L'Union du Cantal

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier