Jocelyn Uzu, agriculteur à Rouez-en-Champagne : "le choix a été fait de commercialiser les agneaux en circuit court"

VANIA COLIN CALIOP

Jocelyn Uzu, agriculteur à Rouez-en-Champagne : "le choix a été fait de commercialiser les agneaux en circuit court"

Installé depuis 12 ans sur un système volailles - grandes cultures avec une troupe de 15o brebis.

"A mon installation, l’élevage ovin était un peu à contre-courant, les prix commençaient tout juste à retrouver des couleurs, après 20 ans de «brebis maigres».  L'atelier ovin a progressé au fil du temps. Depuis quelques années, je participe aux formations du groupe ovin du CIVAM AD 72. Dans une production où l'on se sent parfois isolé, il est intéressant de partager ses expériences. Le groupe me permet d'atteindre mes objectifs les uns après les autres :

–- avoir un atelier avec une valeur ajoutée optimale. Pour cela, le choix a été fait de commercialiser les agneaux en circuit court avec un prix fixe à l'année. Il a fallu étaler les sorties d'agneaux sur l'année et donc les naissances.

- maximiser l'engraissement des agneaux à l'herbe. Ce qui permet aussi d'étaler les sorties et d'améliorer les poids de carcasse (agneaux sevrés plus tard et agneaux plus vieux à la sortie). Reste la difficulté de gérer le parasitisme, le pâturage tournant est là pour nous y aider.

Le 4 décembre dernier, le groupe ovin du CIVAM AD 72 s’est réuni. L'objectif de la journée était d'échanger sur l'alimentation hivernale et de faire un bilan de la saison de pâturage. Direction la Mayenne chez Émeline et Stanislas Lecoq. Le couple est installé depuis 6 ans en brebis laitières avec transformation et vente directe. Le troupeau, composé de 140 brebis Lacaune est conduit au maximum à l'herbe.  Ils produisent également des céréales pour l'autoconsommation. La visite a permis de voir comment le couple a transformé de manière fonctionnelle de vieilles porcheries sur fosse intégrées en bergeries.

A chaque exploitation sa ration hivernale

Dans le groupe, les rations hivernales sont très variables et reflètent la place de l'atelier dans l'exploitation.

Les éleveurs de brebis laitières sont en agriculture biologique. Spécialisés dans cet atelier, ils sont dans une recherche d'autonomie. Pour optimiser leur valeur ajoutée, ils minimisent leurs achats extérieurs. Leur ration hivernale est basée sur des céréales autoproduites.

Les systèmes viande sont plus variés. Qu'il soit bio ou conventionnel, l'atelier ovin côtoie souvent 1 ou 2 autres ateliers. Cette fois-ci, on cherche la simplification de l'alimentation en achetant des aliments basiques. Pour s'adapter aux besoins des individus – agneaux en fin d'engraissement, brebis gestantes ou brebis suitées – les variables d'ajustement sont la qualité du fourrage et sa composition.

Un dernier tour des prairies

En ce début décembre, les troupeaux finissaient un dernier tour des prairies afin de préparer la saison prochaine. Le but est de laisser un minimum de matières mortes au sol pour maximiser la pousse des légumineuses au printemps.

Les bilans de la saison sont mitigés avec de bons résultats pour ceux qui ont conduit un pâturage tournant de qualité et qui ont su/pu introduire de nouvelles prairies. Ils ont sorti un maximum d'agneaux «à l'herbe».

La prochaine rencontre est prévue pour le mois de février 2015".

Jocelyn Uzu, adhérent au CIVAM AD 72

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 4

lachevrevache

adare, ce que tu ne comprends pas, c'est que quand on passe 90h par semaine, voire plus, à faire quelquechose qui nous passionne, on n'a pas l'impression de "travailler", on profite pleinement de la vie à chaque heure. Bien plus que ceux qui font un boulôt de merde 35h et reviennent chez eux épuisés et dégoûtés de la vie. Par exemple, j'ai un client-copain, il est gardien de prison. Tu ferais ça, toi? On a une super vie, nous, toutes les heures et tous les jours de l'année. La seule limite c'est la fatigue physique, surtout quand ça marche bien, ou en tout cas que ça progresse.

adare

excellent systeme qui permet au serf de continuer a travailler 90h pendant que les touristes aux 35h profitent de la vie

CCV CIVAM AD 72

Des journées d'échanges sont co-organisées par les CIVAM 72 & 49. Etant donné votre localisation, voici les coordonnées du CIVAM AD 49 : 02.41 39.48.75 (Animatrice : Anne MARQUET)

MUFLIER375

c'est sympa de pouvoir partager son expérience entre éleveur ovin bio ou système similaire, pour ma part ça fait 4 ans que je suis installé, on a quelques formations techniques et sanitaire avec le technicien chambre mais je ne m'y retrouve pas au niveau sanitaire et la conduite du troupeau est différente. Maintenant j'ai réussi à maîtriser et j'arrive à 180 mères en vente directe. Ma question c'est est-ce que le CIVAM fait des formation en sud 49? bonne journée à vous.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier