Journées de partage autour du vin

GUILLAUME DE WERBIER

Un pique-nique qui donne la possibilité aux vignerons indépendants de sensibiliser le public aux particularités de leur métier.
Un pique-nique qui donne la possibilité aux vignerons indépendants de sensibiliser le public aux particularités de leur métier.

L’opération Pique-nique chez le Vigneron indépendant est reconduite pour la deuxième année les samedi 26, dimanche 27 et lundi 28 mai dans toute la France. Bien entendu, des viticulteurs du département ouvrent la porte de leurs caves.

Né en Alsace en 1995, à l’initiative du Syndicat des Vignerons indépendants de France, le Pique-nique chez le Vigneron est devenu un rendez-vous incontournable et attire chaque année plus de 10 000 personnes. Le succès de cette manifestation au fil des ans a conduit les Vignerons indépendants à étendre l’année dernière l’événement à la France entière. En juin 2011, la première édition a réuni près de 500 domaines dans 31 départements. Cette année, ils seront 650.
Le principe est simple. Le vigneron invite le temps d’un week-end, amis, clients et touristes à venir passer une journée sur son domaine. Les visiteurs apportent leur panier-repas. Le vigneron met à leur disposition tables, chaises…, et propose gratuitement son vin à la dégustation. Le visiteur est généralement invité à suivre des activités ludiques et culturelles telles que découverte des chais, initiation à la dégustation, mais aussi randonnées, parcours en VTT, balade en calèche dans les vignes…
Pour la première édition organisée en Loire-Atlantique en 2011, 600 visiteurs avaient fait le déplacement. Pour le week-end de la Pentecôte, une douzaine de domaines seront ouverts pour ce pique-nique géant. Celui de Clair Moreau, viticulteur à Château-Thébaud, et président du SVIN, en fait partie. « À travers des dégustations, l’idée est de mieux faire connaître les muscadets, qui ont de nombreuses facettes, selon les terroirs, l’élevage, la manière de travailler du vigneron. C’est aussi l’occasion de sensibiliser les visiteurs à la température à laquelle les vins doivent être servis, ou encore aux accords mets-vins ».

Le vigneron ne s’en cache pas, l’opération est aussi organisée à des fins commerciales. « Il faut, pour vendre notre vin, beaucoup d’actions de communication. Il faut que le client se trouve bien chez nous. Pour cela, on doit construire une relation presque d’amitié avec lui, sinon il va chez un caviste ou dans une GMS. »
Une pensée que partage aussi Isabelle Verdier, du SCEV fermière de l'Oiselinière, à Gorges. Elle participera pour la deuxième fois au Pique-nique chez le Vigneron. « Quand on multiplie les efforts de communication sur nos exploitations et quand on regarde nos tableaux de bord sur quelques mois ou à l’échelle d’une campagne, on s’aperçoit que le chiffre d’affaires augmente. Quand on s’est installé, on avait une petite vingtaine de clients, on en a aujourd’hui 400. Je n’ai plus un week-end où je ne vois pas de clients. Cette communication, cette disponibilité, sont très payantes. »
Sur cette exploitation de 43 ha en muscadet cultivés en Terra Vitis, la viticultrice proposera la visite de la propriété, mais aussi des dégustations et des échanges avec les visiteurs pour expliquer quels temps forts rythment l’année du viticulteur, de la taille des vignes au pressurage.

Pratique

Pour préparer son week-end, les Vignerons indépendants mettent à la disposition du public sur le site http://pique-nique.vigneron-independant.com la liste et l’adresse des vignerons qui participent à l’opération ainsi que les activités proposées. Il est vivement conseillé de réserver.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier