Jussac : Mobilisé pour accueillir une centrale photovoltaïque

Renaud Saint-André

Le président de la société Solairedirect parle “d'engagement” en évoquant le projet d'un parc solaire sur la commune de Jussac. Le Cantal pourrait en accueillir d'autres...

À Jussac, on a choisi de parler du projet de parc photovoltaïque en toute transparence : d'abord une lettre municipale envoyée aux administrés, ensuite une conférence de presse avec l'opérateur et le propriétaire de la parcelle retenue, enfin par une réunion publique programmée prochainement. Une parcelle à 900 m d'altitude, seulement accessible en 4x4 sur les hauteurs de la commune - au lieu-dit “la Montagne” au-dessus du hameau de Cueilhe - a en effet été retenue dans le cadre de l'appel d'offre de la Commission de régulation de l'énergie. Souhaité par le ministre d'État Borloo, un ambitieux programme prévoit la construction d'ici 2011 d'au moins une centrale photovoltaïque par région. En Auvergne, deux sites devraient profiter de ce programme. Parmi eux, peut-être celui de Jussac. Déterminé, l'opérateur Solairedirect est formel : s'il n'est pas retenu, il fera tout pour qu'aboutisse tout de même le projet, fusse-t-il hors de l'appel d'offre.

Opportunité

Une nouvelle qui réjouit Jean-Claude Maurel, maire de la commune. Car le projet est ambitieux et permettrait de changer l'image du bassin d'Aurillac, en révélant un ensoleillement au moins égal à celui de Toulouse et loin des clichés véhiculés par les bulletins météorologiques télévisés. En outre, la collectivité (et notamment la Caba) pourrait prétendre à des retombées financières. En effet, même si la taxe professionnelle est vouée à disparaître, Thierry Lepercq, président de Solairedirect s'engage à mettre en place un dispositif de compensation (via convention décennale par exemple). La pugnacité de la société ravit aussi Laurent Laporte, propriétaire de la parcelle pressentie de 25 hectares. Si rien n'a filtré des termes du bail emphytéotique, l'opérateur donne une fourchette de location de terrain comprise entre 1 500 et 3 000 euros par hectare et par année... pendant 40 ans !

Calendrier

Les résultats de l'appel d'offre seront connus dans le courant de cet été. Mais le permis de construire est déjà déposé... S'il est accordé, les travaux d'installation devraient démarrer avant la fin de l'année pour une mise en service en début d'année 2011. “Du court terme”, convient Thierry Lepercq. La centrale jussacoise sera si à l'abri des regards (quoi qu'à proximité d'un chemin de randonnée) qu'une idée de belvédère germe, juste pour permettre d'admirer ce qui reste rare : un “parc solaire”.
Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Source Union du Cantal

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier