L’agriculture de production, c’est maintenant !

Alain Bernier, agriculteur et prÉsident de la FNSEA 44 François Guyot, agriculteur et prÉsident de JA 44

Lettre ouverte à Monsieur le président de la République, François Hollande.

« Monsieur le Président,
Permettez-nous tout d’abord de vous adresser nos félicitations pour votre élection à la tête de notre pays ainsi que tous nos vœux de travail et de persévérance pour les cinq années qui nous attendent.
Au cours du débat télévisé de l’entre deux tours, vous avez à seize reprises débuté une tirade par ces mots : « Moi, Président… ». Nous vous avons écouté. Merci de prendre en considération également nos seize tirades suivantes.

Nous, agriculteurs de Loire-Atlantique, déplorons que l’agriculture ait été la grande absente de la campagne électorale. À l’exception de la journée qui a suivi le congrès de la FNSEA à Montpellier fin mars,  il a été trop peu question des enjeux agricoles, alors que l’agriculture est une solution pour la France.
 
Nous, agriculteurs de Loire-Atlantique, vous demandons de remettre la compétitivité de l’agriculture française au cœur de votre programme et que les agriculteurs ne soient pas systématiquement considérés com­­me des pollueurs.
Nous, agriculteurs de Loire-Atlantique, souhaitons que le Président et son gouvernement reconnaissent que la relance de la production agricole apporterait non seulement des emplois, mais contribuerait au redressement de nos comptes extérieurs. Sans parler de son rôle pour la vie et l’aménagement de nos territoires.
Nous, agriculteurs de Loire-Atlantique, vous demandons d’œuvrer pour l’harmonisation des normes environnementales, sanitaires et sociales. À cet effet, compte tenu de la faiblesse du vote écologique – Eva Joly n’a recueilli que 2,3 % des suffrages – nous vous confirmons que la préoccupation des Français n’est plus là, même si la question environnementale est importante. Un ministère de l’Écologie piloté par une écologiste animée d’un profond mépris pour les agriculteurs ne ferait que renforcer le sentiment d’une écologie « punitive ».
Nous, agriculteurs de Loire-Atlantique, réaffirmons que l’agriculture n’est pas un problème pour le pays, mais une richesse de solutions.
Nous, agriculteurs de Loire-Atlantique, confirmons que les agricultrices et agriculteurs de ce pays, sont des gens responsables, compétents et fiers de leur métier. Entre folklore et hyper technologie, il y a la majorité des exploitations françaises qui ne sont ni en avance, ni en retard, juste dans la société, au milieu de la société et au centre de toutes les assiettes… C’est cela l’important. Si les femmes et les hommes politiques ne comprennent pas cela, ils sont à côté… de la plaque !
Nous, agriculteurs de Loire-Atlantique, demandons au gouvernement de prendre conscience qu’avec l’ensemble des filières agroalimentaires, l’agriculture est une chance pour les grands équilibres économiques de notre pays.
Nous, agriculteurs de Loire-Atlantique, appartenons à un secteur qui installe et nous allons avoir à relever le défi du renouvellement des générations avec un tiers des chefs d’exploitations à remplacer d’ici 2020.
Nous, agriculteurs de Loire-Atlantique, sommes fiers de nourrir la société française avec plus de 70 % des produits agricoles français transformés pour être consommés et un cinquième des produits renouvelé chaque année pour satisfaire le consommateur.
Nous, agriculteurs de Loire-Atlantique, travaillons pour que près de 80 % de la nourriture de nos concitoyens soit commercialisée par la grande distribution et qu’un tiers de la production agricole française soit exportée en Europe et dans le monde. Pourtant, nos parts de marchés à l’international s’effritent faute d’opérateurs dimensionnés pour la taille de ces marchés…
Nous, agriculteurs de Loire-Atlantique, vous demandons de ne pas opposer exportations et circuits courts, innovation et environnement, agriculture bio et conventionnelle. N’est-il pas temps de promouvoir la diversité agricole française, à l’assaut de tous les débouchés, à condition que ces modes de production soient respectueux des ressources naturelles et des demandes des consommateurs, qui d’ailleurs complètent leur panier bio au hard discount le plus proche.
Nous, agriculteurs de Loire-Atlantique, voulons produire car le rôle premier de l'agriculture est de produire des denrées alimentaires. La demande mondiale devant continuer de croître à l'avenir, l'UE doit être en mesure de répondre à cette croissance.  Dès lors, il est es­sentiel que l'agriculture du département augmente sa capacité de production.
Nous, agriculteurs de Loire-Atlantique, voulons être rémunérés. La volatilité des aléas climatiques et de la durée du cycle de production, interdit l’idée même d’une réponse rapide aux signaux du marché. Il est donc nécessaire de disposer d’instruments de régulation. À défaut, aucune politique agricole durable ne peut être entreprise.
Nous, agriculteurs de Loire-Atlantique, voulons vivre de notre métier. Il ne s’agit pas de produire pour produire. Il s’agit de produire pour des marchés rémunérateurs. Produire avec des agriculteurs, chefs d’entreprise, autonomes dans leur prise de décision et dans la gestion de l’organisation du travail. Un chef d’entreprise représente une agricultrice, un agriculteur, viticultrice, viticulteur, maraîcher, horticulteur… responsable de la conduite de son exploitation, capable d’anticiper et gérer la volatilité des prix dans une économie agricole de moins en moins encadrée, capable de contractualiser pour assurer les débouchés de ses produits, connaître ses coûts de revient.
Nous, agriculteurs de Loire-Atlantique, voulons vivre, produire et être rémunérés sur un territoire. Le foncier agricole en Loire-Atlantique, c’est l’équivalent d’un aéroport construit chaque année. Cette surcon­sommation de foncier souhaitée par les élus politiques, de votre majorité et de l’opposition, n’est plus possible.
Nous, agriculteurs de Loire-Atlantique, et responsables de la FNSEA 44 et de JA 44, vous demandons de nous aider à militer pour une agriculture où il est temps de produire mieux, mais aussi de produire plus. Il est temps de vendre mieux et de vendre plus ! L’objectif de la FNSEA 44 et de JA 44 est donc de défendre une agriculture de production, pour répondre à l’accroissement de la demande, et de créer de la valeur ajoutée (via la transformation, des outils industriels et des schémas contractuels) pour tous ses marchés : alimentation humaine, alimentation animale, débouchés non alimentaires et pour l’Union européenne et le monde. L’atteinte de ces objectifs impose un plein accès aux innovations et d’optimiser tous les facteurs de production (génétique, protection phytosanitaire, irrigation,…) car ils sont source de productivité accrue et donc de compétitivité. Parallèlement, si leur utilisation doit être réglementée, ce doit être de manière homogène et donc non distorsive au sein de l’UE.
Le 15 mai, vous annoncerez la composition de votre gouvernement. Un ministère de l’Agriculture y est indispensable car l’agriculture de production, c’est maintenant !
Dans l’attente de vous lire, et persuadés que nos requêtes retiendront toute votre attention, nous vous prions de croire, monsieur le Président, dans l’expression de notre très haute considération. »

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 10

hulk

J 'ai apprécié les propos de ces responsables syndicaux pour une fois qu' on explique les choses en toute simplicité.Cela change de ces discours politco-bobo qui pronent l 'agriculture de nos grands-mères

rafo48

question pour éclaircir le débat. Qu'est-ce que la FNSEA44? La FNSEA est un syndicat national, un président départemental ne peut-être président que d'une FDSEA ...
Il y a là une incohérence que le sarthois que je suis ne comprend pas.

mémel

travailler plus pour gagner plus...produire plus pour gagner plus...
à qui profite ce mensonge? surtout pas aux agriculteurs quand on sait que 1% de surproduction peut entrainer une baisse de prix de plus de 10%...
alors à qui profite ce mensonge? TOUT SIMPLEMENT AUX COOPERATIVES : Chers Adhérents, produisez plus, ainsi vous nous achèterez davantage d'intrants ... et avec votre production, nous ferons tourner notre outil au maximum de nos capacités...et si le prix baisse de 10%...tant pis pour notre adhérent ...de toute façon, on a pas le choix...c'est vrai, pour pouvoir commercialiser votre production supplémentaire...on a été obligé d'investir des centaines de millions d'euros...

ALLEZ MESSIEURS LES RESPONSABLES SYNDICAUX DE LOIRE ATLANTIQUES, ARRETEZ L'HYPOCRISIE!! NE FAITES PAS SEMBLANT DE DEFENDRE LES AGRI. RESTEZ DANS VOS BUREAUX DE COMMERCIAUX.

denys

c est clair on voi pour qui sa roule pour ma part en tou cas produire plus pourquoi pas et encor sa depend pour quelle deboucher mais surtout il oublie produire mieux

michel

bla-bla-bla!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier