L'agroécologie aura bientôt son « Mooc »

L'agroécologie  aura bientôt son « Mooc »

La France veut devenir le leader mondial de l'agroécologie, elle lancera donc à la rentrée prochaine le premier cours massif ouvert en ligne (Mooc) sur le sujet.

Les MOOC ( Massive Open Online Courses), c’est-à-dire  des cours sur Internet gratuits et ouverts à tous, séduisent de plus en plus les Français comme les citoyens du monde entier. La Ministre de l’Enseignement supérieur, Geneviève Fioraso y consacre d’ailleurs un grand plan d’investissement de 12 millions d’euros et toutes les écoles se penchent sur le sujet…

Bientôt, l’Agroécologie aura donc sont Mooc, développé par  Agreenium, un consortium français de deux instituts de recherche (le Cirad et l'Inra) et de six organismes d'enseignement. Un Mooc qui vient d’être présenté en grande pompe au salon de l’Agriculture, puisque pas moins de trois ministres devaient assister à la présentation: Stéphane Le Foll qui porte le projet agroécologique, le ministre de l'Économie Emmanuel Macron et la secrétaire d'État à l'Enseignement supérieur Geneviève Fioraso.

Surfer sur la vague de l’agroécologie

L'agroécologie vise à conjuguer les performances écologiques et économiques dans la production agricole. Elle entend produire autant avec moins (moins de pesticides, moins d'énergie, moins d'eau) pour répondre aux défis alimentaire et environnemental de demain.

"Aujourd'hui, il y a deux pays leaders dans l'agroécologie: la France et le Brésil" et ce Mooc est une façon "de surfer sur la vague  pour que d'autres aient envie de travailler avec nous", de faire de la "diplomatie scientifique", explique Frédéric Lapeyrie, directeur général d'Agreenium.

Ce Mooc sera ouvert à tous (agriculteurs, chercheurs, étudiants, consommateurs), gratuit et disponible à partir de la plate-forme FUN (France Université Numérique).

D’autres Mooc dans les cartons

Les modules, en français et anglais, seront disponibles en septembre. Le cours proposera quatre grands chapitres : l'émergence de l'agroécologie, les différentes approches, les mises en oeuvre (agroforesterie ou l'usage des arbres en agriculture, les cultures associées, l'agriculture de conservation) et une dernière partie de partage d'expériences, détaille Stéphane de Tourdonnet, directeur adjoint de SupAgro Montpellier.

Agreenium, qui va bientôt s'élargir à la forêt et aux sciences vétérinaires en devenant l'Institut Agronomique, Vétérinaire et Forestier de France, a d'autres Mooc dans ses cartons. A suivre donc: une introduction aux sciences de la vigne et du vin, l'épidémiologie en santé animale ou l'agriculture biologique.

 

Source afp

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier