L’Aprodema, une agence d’emploi en agroéquipement

Raphaël Lecocq

De dos, Alan Zech, étudiant en Bts génie des équipements agricoles

La filière dispose toujours d’un vivier de 5000 offres d’emploi non satisfaites. La Salon constitue une excellente vitrine pour promouvoir ses métiers, dans les domaines techniques et commerciaux.

L’Aprodema, une agence d’emploi en agroéquipement

Non. Derrière l’acronyme Aprodema ne se cache pas l’Agence professionnelle d’emploi en machines agricoles. L’Aprodrema est et demeure l’Association pour la promotion des métiers et des formations en agroéquipement. C’est un petit peu différent. Mais depuis quelques années, l’association ne cesse de vanter les 5000 emplois non satisfaits, au point de laisser à penser que le compteur reste bloqué. « C’est la stricte vérité », insiste René Fontaine, un ancien de Berthoud, aujourd’hui retraité et bénévole, vice-président de l’association. « Rien que sur le salon, on a un « mur » recensant plus de 120 annonces ». Les postes de mécaniciens ainsi que les fonctions commerciales sont les plus recherchées par les recruteurs, qu’il s’agisse des distributeurs de matériels, des constructeurs ou encore des entreprises de travaux.

Johan Hérrison, chef de produits tracteurs chez Kubota

Stages et alternance, tremplins vers l’emploi

Originaire d’Elzange (57) et étudiant en Bts à Somme-Suippe (51) en génie des équipements agricoles, Alan Zech est venu Porte de Versailles incarner la réalité des perspectives offertes par le secteur. « Une fois mon Bts en poche, je pense que j’aurai pas mal de choix à ma disposition, peut-être à commencer par l’entreprise qui m’accueille actuellement en stage, à savoir l’usine de presses Claas à Woippy en Moselle ». Un peu plus âgé qu’Alan, Johan Hérrison a intégré l’entreprise Kubota après y avoir suivi en alternance une licence en communication et marketing. « J’ai commencé en tant que formateur commercial en 2014 et depuis quelques mois, je suis devenu chef de produits tracteurs dans la gamme de puissance des 60 ch à 170 ch. Je poursuivrai peut-être par un master en Vae (validation des acquis par l’expérience), ce qui sera notamment l’occasion de certifier mon niveau en anglais ».

René Fontaine, vice-président de l’Aprodema

Pari sur l’avenir

Qu’il s’agisse du Sima ou du Sia, l’Aprodema, et avec elle Axema, l’Union des industriels des agroéquipement, ne manquent une occasion de sensibiliser le grand public à la diversité des métiers offerts par la filière. Cette année, Kubota, Lely et Manitou ont mis en avant respectivement un tracteur, un robot de traite et un chargeur télescopique. Outre les trois marques citées, d’autres constructeurs ont apporté leur soutien à l’opération, parmi lesquels Berthoud, Case IH, Fendt, Hydrokit, JCB, John Deere, Kuhn, Kverneland, La Buvette, Remorques Rolland et Sulky. Le tout suscite la curiosité des visiteurs, notamment des plus jeunes. Résultats dans quelques années…

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier