L'eau de plus en plus dégradée et rare

L'eau de plus en plus dégradée et rare

Toujours plus rare et polluée, l'eau des rivières et des nappes phréatiques est dans un "état calamiteux", a affirmé mardi l'UFC-Que Choisir, qui incrimine des "décennies d'agriculture productiviste" et "l'inaction des pouvoirs publics".

Dans un rapport publié à l'occasion des Etats généraux de l'alimentation, l'association réclame "une réforme urgente" de la politique de l'eau afin de mettre en place des mesures de prévention des pollutions agricoles et d'appliquer strictement le principe "préleveur-pollueur-payeur". "Le constat est assez effarant: une ressource qui continue à se dégrader comme si nous subissions une fatalité", a déploré le président de l'UFC-Que Choisir, Alain Bazot, au cours d'une conférence de presse. "On a un système à bout de souffle, une gestion aberrante de la ressource", a-t-il accusé, réclamant "une rénovation en profondeur de la gouvernance dans les agences de l'eau", chargées de gérer la ressource. "Dans la moitié du territoire français, les pesticides sont présents dans les cours d'eau à des doses supérieures à la norme autorisée dans l'eau potable". Cette norme est aussi dépassée dans "le tiers des nappes phréatiques", constate l'association. Pire, dans ces dernières, "les contaminations en nitrates ont progressé, ne laissant plus que la moitié des nappes indemnes", écrit l'UFC-Que Choisir.  

Environnement : un rapport "caricatural"

L'association impute ces "désastres environnementaux" à l'agriculture intensive qui, dénonce-t-elle, "est loin d'avoir corrigé ses pratiques" puisque "les quantités d'engrais utilisées n'ont pas baissé en vingt ans" et que "l'utilisation des pesticides a même augmenté de 18% en 5 ans".   La FNSEA a dénoncé un rapport "caricatural" et "à charge", manipulant les chiffres "quitte à dire des contre-vérités". Selon des données du ministère de l'Environnement de 2016, "il y a une baisse de 10% des pesticides dans les cours d'eau entre 2008 et 2013", a déclaré à l'AFP Eric Thirouin, secrétaire général adjoint de la FNSEA et président de sa commission environnement. De même, "il y a une baisse de 14% des teneurs en nitrates entre 2006 et 2014 dans les cours d'eau", a-t-il ajouté.  

"88% de la redevance pollution"

L'UFC-Que Choisir regrette par ailleurs que la réparation des dommages environnementaux soit toujours très majoritairement financée par les consommateurs. Via leur facture d'eau, ils "payent 88% de la redevance +pollutions+ et 70% de la redevance +prélèvement+, soit 1,9 milliard d'euros par an", précise l'association. L'agriculture, "pourtant responsable à elle seule de 70% des pollutions en pesticides, de 75% des pollutions en nitrates et de la moitié des consommations nettes en eau" ne paie que "7% de la redevance +pollutions+ et 4% de la redevance +prélèvement+, en violation flagrante du principe +préleveur-pollueur-payeur+", selon l'association. Elle estime par ailleurs que la politique de l'eau dans les régions est "dictée par les intérêts agricoles", ce qui conduit selon elle à privilégier "des mesures essentiellement curatives, trop souvent sans chercher à réduire les pollutions à la source". L'UFC-Que Choisir dénonce également la ponction de 300 millions d'euros sur le budget des agences de l'eau, prévue dans le projet de loi de finances 2018, au bénéfice d'autres organismes. Elle appelle les consommateurs à se mobiliser via une pétition (http : //ufcqc.link/eau 2017) et lance une campagne de sensibilisation des parlementaires.

Source Avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 18

GR

le paysan paye déjà assez de sa personne pour un salaire et une retraite de misère, il nourrit l'humanité pour pas cher, pendant ce temps, combien de citadins polluent la planète en avion pendant leurs vacances pour leur plaisir...

pxm001

L'eau c'est la vie ! L'avenir d'une ressource naturelle qui se raréfie passe dès aujourd'hui par une prise de conscience collective de l'état de pollution de la principale source de vie et par le changement de comportement de tous les utilisateurs. Un traitement des eaux efficace est indispensable mais souvent "privatisé" et très coûteux. Ne rendons pas "imbuvable" le prix de l'eau potable !

Bouillon

Bonjour
Bientôt , on verra : # balance ton paysan ...

marin347

je pense que uff que choisir est plus responsable de la pollution de beau qu une grande partie des agriculteur quesui recommande les lexie quesqui prend des médocs a tour de bras quesqui utilise les produits de beauté quesqui ne supporte pas une mouche ou une araignée dans son apparte j ai des consommateur et j ai des témoins des parisiens pour ne pas les nommer pulvériser du glysphsate ou round up pur dans une cour alors au lieu d accuser les agri regardée votre nombril

logiq



Serait -il enfin possible de parler de la pollution des eaux de surfaces par les médicaments pris par la population ? c'est un sujet tabou, mais bien réel.
Tous les salariés des labos doivent signer des engagements leurs interdisant de communiquer sur le sujet ! Ces mêmes labos sortent les chiffres des résidus phytos dans l'eau !!!
On pourrait enfin faire admettre qu'il n'y a pas que les paysans qui déversent des produits chimique dans la nature !

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier