L’écornage des veaux : Le plus tôt, avec méthode et en douceur

Aurélien LEGRAND - Dr Didier GUERIN FARAGO Creuse – www.faragocreuse.fr GDS Creuse – www.gdscreuse.fr

FICHE ECORNAGE Disponible à Farago Creuse
Farago Creuse

Pour différentes raisons d’ordre réglementaire ou de gestion du troupeau, l’écornage des veaux se développe. Il bénéficie d’améliorations permettant une pratique facile et fiable à condition d’intervenir précocement et avec méthode.Les méthodes actuelles d’élevage liées à l’utilisation de cornadis, de stabulations libres, de râteliers en plein-air… conduisent à intégrer la pratique de l’écornage systématique dans la plupart des troupeaux. Le bien-être des animaux et une efficacité de l’écornage demandent une connaissance des bases physiologiques et de la méthodologie.

Un écornage des veaux à réaliser avant l’âge de 4 semaines

L’écornage doit être réalisé avant que le cornillon ne soit sorti et avant 4 semaines pour des raisons réglementaires. Deux motifs essentiels sont à prendre en considération. D’une part, plus on attend, plus les cornes poussent et plus le veau devient difficile à contenir et le travail contraignant à effectuer. D’autre part, le stress est très limité avant l’âge d’un mois avec tous les impacts positifs que cela peut avoir en matière de bien-être de l’animal et, par voie de conséquence, en matière de croissance. L’écornage peut intervenir dans les premiers jours de vie sans problématique particulière s’il est effectué avec méthode. L’écornage des veaux se réalise par voie chimique ou thermique. Il nécessite une bonne contention (cage de contention veau avec système anti-recul et anneau pour tenue de la tête) et une tonte de la zone. Certaines pratiques issues du passé, comme l’énucléation du cornillon, sont à proscrire.

L’écornage thermique la technique à privilégier

La pâte à écorner, à base de soude, s’applique en fine couche à l’aide du doigtier fourni, sur une surface d’environ 3 cm autour de l’emplacement des cornes, zone où l’on aura préalablement coupé les poils. Il se forme une pellicule très adhérente. L’escarre sèche qui fait suite tombe en 15 à 20 jours. L’écornage thermique moins douloureux que l’écornage chimique et plus facile à réaliser, permet grâce à un embout spécial dont le diamètre varie avec la taille du cornillon (15, 20 ou 25 mm) l’inactivation de la matrice périphérique du bourgeon par un sillon autour du cornillon. Plus vite cette opération sera réalisée et moins l’animal sera stressé. Si l’éleveur prend soin de tondre le crâne du veau, il va s’apercevoir qu’il y a déjà un “ bourgeon ” à l’emplacement des cornes, il suffit de couper la peau et les veines pour que les cornes ne poussent plus. La tonte du contour des cornillons présente un intérêt majeur en termes de maitrise des risques d’infections. Après 2 à 3 minutes de chauffe pour un écorneur à gaz, l’outil a atteint la température souhaitée (plus de 650°C) afin de réaliser correctement la cautérisation des tissus qui entourent le cornillon. Après l’opération, il est prudent de ne pas poser l’appareil dans la paille car l’embout est encore très chaud. L’écornage dure environ 7 secondes par corne. L’application d’un antiseptique refroidit la plaie et soulage l’animal.

Une anesthésie au-delà de 4 semaines, après 6 semaines attendre l’écornage adulte

Au-delà de 4 semaines d'âge, pour respecter le bien-être de l’animal et la réglementation, une anesthésie locale ou une tranquillisation est nécessaire. Au delà de 6 semaines, l’écornage sur le veau n’est plus réalisable car trop traumatique, il faut donc attendre l’âge adulte pour écorner (animaux âgés de plus de 24 mois). Il est nécessaire que la corne ait réellement poussé. L’écornage se réalise avec une écorneuse hydraulique. Une anesthésie locale est à pratiquer par l’éleveur. Le lieu d'injection se situe dans la fosse temporale (à égale distance de l’angle externe de l'œil et de la base de la corne, à 1 cm au-dessous du bord arrondi du frontal et à 6-10 mm de profondeur).Un garrot permettant l’hémostase est posé et retiré entre 6 et 12 heures plus tard. L’anesthésique local est obtenu par l’éleveur auprès de son vétérinaire avec une délivrance sur ordonnance dans le cadre du protocole de soins. Son utilisation sera notée sur le carnet sanitaire.

Un appui technique, une large gamme de produits et de services proposée par Farago Creuse

L’écornage des veaux devient de plus en plus incontournable. Les techniques évoluent et permettent une adaptation aux élevages en fonction des nouveaux besoins. La fiche « Ecornage des veaux » ci-jointe vous présente les 5 étapes avec les principes à respecter pour une bonne réalisation. Cette fiche est disponible à Farago Creuse ou sur le site www.faragocreuse.fr. Les techniciens qualifiés et expérimentés de Farago Creuse (environ 900 écornages veaux réalisés par an) sont à votre disposition pour vous informer et vous conseiller sur la pratique de l’écornage des veaux au sein de votre élevage. Ils peuvent vous proposer le service « écornage veaux » avec des passages pouvant être programmés toutes les 3 semaines ou le « kit écornage » avec cage de contention veau, tondeuse, écorneur et bombe désinfectante. Pour plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 1

pajano

pour avoir moins de problème achetez un taureau avec gène sans corne (hétérozygote) vous aurez au minimum 50% de veaux sans corne méme accouplé avec des mères cornée .si vous ètes plus fortuné achetez un taureau homozygote accouplé avec des vaches cornée donnera 100% de veaux sans corne.=pas de souffrance = moins de stress pour l'animal moins pour l'éleveur.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier