L'huile d'olive "italienne" importée en majorité de l'étranger

L'huile d'olive "italienne" importée en majorité de l'étranger

Quatre bouteilles sur cinq d'huile d'olive extra-vierge "italienne" sont en réalité coupées avec de l'huile étrangère sur un marché qui pèse cinq milliards d'euros par an.

De l'huile bon marché en provenance de Grèce, d'Espagne, du Maroc et de Tunisie est mélangé avec de l'huile italienne, plus chère, dans un commerce hautement opaque qui fait actuellement l'objet d'une enquête par les douanes et la police fiscale, selon une enquête publiée dans le quotidien La Repubblica.

  "Il y a un groupe puissant dans l'agroalimentaire qui s'enrichit illégalement grâce à l'importation et l'absence de traçabilité des huiles mélangées", a affirmé Stefano Masini, cité dans l'article. "Il est temps d'aborder la question de l'agri-mafia pour l'huile d'olive", a-t-il dit.

  Le rapport à souligné que l'un des problèmes pour les enquêteurs était que producteurs et exportateurs de l'huile d'olive étrangère étaient souvent des filiales des mêmes entreprises qui importent et vendent l'huile en Italie.

  "Ils contrôlent les prix, ils contrôlent le marché. Il fut un temps où ces entreprises réputées pressaient les olives. Maintenant, ils ont des silos", a-t-il poursuivi. Selon La Repubblica, l'huile d'olive étrangère est importée pour seulement 20 centimes d'euros par kilo, puis est revendue plus de 4 euros par kilo.

  Les étiquettes spécifiant les mélanges qui doivent apparaître sur les bouteilles vendues en Italie ou exportées sont souvent trompeuses ou illisibles, conclut le rapport.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier