L'installation est-elle toujours une priorité pour l'Etat ?

vendee agricole

Interview de Brice Guyau, président des Jeunes Agriculteurs de Vendée.

L'Etat veut confier l'accompagnement de l'installation aux chambres d'agriculture. Comment réagissez-vous à cette annonce ?

Brice Guyau :
Dans le cadre de la Loi de modernisation de l'agriculture – la LMA - le gouvernement a déposé un amendement qui prévoit de confier aux chambres d'agriculture les missions concernant l'accompagnement de l'installation des jeunes agriculteurs. Autrement dit, cela implique la disparition de nos ADASEA en tant que telles.
La première question que je me pose concerne la gestion de ces installations. Cette gestion doit rester organisée par les Jeunes Agriculteurs, qui ont toujours oeuvré pour la concrétisation d'installations durables et vivables. Il en va de même pour la transmission, enjeu que les JA ont pris à bras le corps. Les ADASEA sont un outil léger et réactif, en relation directe avec les Jeunes Agriculteurs au quotidien ; il est vraiment regrettable que l'Etat veuille les faire disparaître.

Les modalités de financement de cet accompagnement des installations et des transmissions vont-elles changer ?

BG :
Beaucoup de questions se posent concernant ce financement. En effet, l'amendement est plus dicté par une recherche de réductions de financements que par le soutien fort à l'installation. Pour l'Etat tous les moyens sont bons pour réduire ses charges... Mais celui-ci - à savoir son désengagement de la politique d'accompagnement de l'installation en agriculture - est très discutable. Les dotations spécifiques doivent être prolongées sur les bases de l'année dernière. Il faut travailler tous ensemble pour que ce point soit bien clair dans l'amendement, et que ce travail de toujours soit valorisé. L'installation est ce qui crée la valeur ajoutée de demain, ce devrait être une priorité du gouvernement !

Que va-t-il se passer pour les salariés des ADASEA ?

BG :
La question des emplois dans les ADASEA n'a même pas été abordée. Rien n'a été écrit sur la continuité des contrats des salariés, qui ont développé la capacité à gérer les dossiers installation et transmission pour les agriculteurs. Cette question des emplois est posée par les responsables qui ont toujours travaillé en étroite collaboration avec les agents des ADASEA et reconnu leur professionnalisme. Il est indispensable que ces salariés soient pris en compte dans l'amendement.
L'ensemble des OPA travaillent au niveau national pour essayer de trouver le meilleur compromis répondant à tous ces enjeux.

Source vendee agricole

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires