L’irrigation devient nécessaire dans de nombreuses parties du monde car l’agriculture représente 70 % des consommations d’eau de la planète

Crédit Agricole – Service Expertise

L’irrigation devient nécessaire dans de nombreuses parties du monde car l’agriculture représente 70 % des consommations d’eau de la planète

Pour faire face à l’augmentation des températures tout en trouvant des moyens de nourrir la planète, de nombreux gouvernements ont engagé des plans d’investissements, souvent à partir d’émissions de green bonds. L’irrigation est aussi vecteur d’innovation et de croissance pour les fabricants et attire de nombreux investisseurs et négociants céréaliers comme Cargill par exemple

Commentaire

❙ Le changement climatique : c'est réel, c'est tout de suite et c'est effrayant. Les épisodes de sécheresse qui affectent actuellement la Somalie et l’ensemble des pays de la Corne de l’Afrique montrent bien que le manque d’eau fait partie des risques climatiques majeurs de notre planète. En outre l’agriculture représente près de 70 % des consommations en eau de notre planète. L'irrigation permet de cultiver environ 40 % des surfaces agricoles dans le monde, et est essentielle à l’activité horticole qui représente près de 20 % des terres agricoles (Source : FAO). L’agriculture représente 70 % de la consommation d’eau de la planète et les zones agricoles en stress hydriques sont devenues majoritaires en blé, maïs ou soja à l’échelle de la planète.

❙ L'eau est l'une des ressources naturelles les plus rares au monde, mais certains pays sont plus exposés que d'autres : la Californie aux États-Unis, Israël, la Chine, le Brésil et l'Inde qui utilisent par unité 2 à 4 fois plus d'eau pour produire que la plupart des régions. La plupart du temps lorsque l'eau est déployée par irrigation classique, elle est inefficace. Une voie prometteuse, car elle permet une meilleure productivité tout en conservant l'eau, est la micro-irrigation. C’est cette solution qui est préconisée par la plupart des gouvernements qui aident leurs agriculteurs à s’équiper. Le taux de pénétration de la microirrigation est élevé en Israël (90 %), aux États-Unis (55 %), mais reste encore faible eu égard aux besoins en Chine (10 %), et en Inde (5,5 %). Le marché augmentera d'au moins 15 % par an à moyen et long terme. Des applications à base de Big data et de réseaux connectés, solutions dites « smart irrigation », sont de nature à permettre d’économiser 10 à 15 % de la ressource en eau, tout en augmentant la production végétale et animale, l’autosuffisance alimentaire de certains pays et les bénéfices des agriculteurs.

❙ Enfin l’essor des « green bonds » qui devient désormais le noyau des plans de lutte contre le changement climatique, sert aussi la thématique de l’irrigation qui fait partie de ces sujets que les gouvernements peuvent financer à l'échelle mondiale, dans le cadre de plans nationaux (Tunisie, Chine, Kenya, Nigeria, Bangladesh…).

Source : PRISME - Agriculture et Agroalimentaire, une affaire d'experts - n° 16 - Février 2017  -  Voir tout le dossier : ici

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 1

ESCHENMANN PHILIPPE OU MME "CLOCHE215"

le titre de cet article est pour le moins surprenant comme si la végétation n'a pas droit à la croissance avec l'eau qui tombe naturellement du ciel....

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier