“L’opportunité pour pâturer l’été”

Renaud Saint-André

Jérôme Joffre, éleveur de Châtaigneraie, et les brebis qui participeront à cette première transhumance au Lioran.
Jérôme Joffre, éleveur de Châtaigneraie, et les brebis qui participeront à cette première transhumance au Lioran.

Le Gaec Joffre fera transhumer une partie de son cheptel ovin pour la première fois.

Jean-Bernard Joffre et son fils Jérôme feront partie de cette première aventure. Les éleveurs boissetois ont spontanément donné leur adhésion au projet et ont même contribué à le monter. “Jusqu’à présent, nous n’avons jamais mené de brebis à l’estive. Mais l’expérience des années passées, avec des sècheresses à répétition, démontre que l’on constitue toujours moins de stocks”, témoigne Jérôme Joffre en soulignant que les pâtures du Gaec sont sur un versant particulièrement sec où l’herbe s’arrête de pousser très tôt.

Vaccinés

“L’an dernier, j’ai été obligé de faire 100 tonnes de paille du côté de Carcassonne et nous avons acheté de la luzerne”, souligne Jérôme Joffre. Alors l’idée de conduire une partie du cheptel ovin au Lioran et de le faire paître jusqu’à la mi-septembre est vécue comme une aubaine par ces éleveurs. Ils se sont auparavant assurés de quelques précautions sanitaires. “J’ai insisté pour que les animaux soient vaccinés contre la chlamydiose et la border disease qui multiplient les avortements, ainsi qu’une protection contre la gale du mouton”. Un coût partiellement pris en charge. En outre, chaque éleveur déboursera 3 € par brebis de frais de gardiennage. Et, pour faire du bruit pendant la transhumance, le Gaec Joffre a fait l’acquisition de sonnailles par brebis. Les poser sur ce cheptel qui n’en a jamais été doté pourrait s’avérer sportif...

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier