L'UE va négocier un accord de libre-échange avec l'Indonésie

L'UE va négocier un accord de libre-échange avec l'Indonésie

Les 28 Etats membres de l'UE ont décidé lundi de lancer des négociations pour un accord de libre-échange avec l'Indonésie, au moment où les pourparlers engagés avec les Etats-Unis et le Canada font face à une défiance croissante de l'opinion publique en Europe.

Le futur accord avec l'Indonésie a pour objectif de renforcer les échanges commerciaux entre l'Europe et les pays d'Asie, après la conclusion d'accord similaires avec Singapour et le Vietnam. "L'Union européenne et l'Indonésie représentent un gigantesque marché de 750 millions de consommateurs. Ces négociations sont cruciales pour développer les synergies entre nos économies", ont déclaré dans un communiqué conjoint la commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmstroem, et le ministre indonésien du Commerce, Tom Lembong. Cette décision intervient alors que la politique commerciale de Bruxelles est contestée par un nombre croissant d'Européens, de plus en plus sceptiques quant aux bénéfices de la mondialisation.  

Canada

Un accord de libre-échange déjà conclu avec le Canada va devoir franchir une course d'obstacles pour être ratifié par les 28, tandis que les négociations pour conclure un tel accord d'ici à la fin de l'année avec Washington risque l'enlisement, sinon l'échec. L'UE va en outre devoir bientôt s'atteler à négocier d'accords commerciaux avec le Royaume-Uni, après sa décision de quitter l'Union. Le bloc des 28 est le quatrième partenaire commercial de l'Indonésie, qui importe notamment d'importantes quantités de marchandises agricoles européennes. L'Indonésie est quant à elle le cinquième partenaire de l'UE en Asie du Sud-Est, mais seulement le 30e à une échelle globale. Les négociations avec l'Indonésie doivent débuter avant la fin de l'année, selon le communiqué conjoint.  

Association des nations du Sud-Est asiatique

L'UE est déjà engagée dans de telles négociations avec les Philippines, la Malaisie et la Thaïlande, après avoir conclu des accords avec Singapour en 2014 et avec le Vietnam (2015). Tous ces pays sont membres de l'Association des nations du Sud-Est asiatique (Asean), mais les efforts faits par l'UE pour négocier un accord global avec ce groupe de 10 pays sont dans l'impasse. L'attention s'est donc portée sur la recherche d'accords pays par pays. Ces différents accords bilatéraux "servent de briques pour bâtir un futur accord UE-Asean, qui reste l'objectif final de l'UE", indique le communiqué.

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier