L'UE va se doter d'un nouvel arsenal pour lutter contre les parasistes végétaux comme le xylella

L'UE va se doter d'un nouvel arsenal pour lutter contre les parasistes végétaux comme le xylella

Le Parlement européen a formellement donné son accord mercredi à une nouvelle législation visant à mieux protéger la flore européenne de parasites végétaux comme le xylella fastidiosa, destructeur des oliveraies italiennes.

Les eurodéputés ont rejeté le seul amendement présenté, validant de fait l'accord politique sur ces nouvelles règles trouvées avec le Conseil (qui regroupe les 28 Etats membres). L'objectif est faire face aux risques accrus par la mondialisation des échanges et le changement climatique.   "Cette régulation vise d'abord à prévenir l'entrée de parasites végétaux dans l'UE, ensuite à éradiquer des organismes nuisibles dont la présence est découverte, et enfin à contenir toute expansion d'une épidémie si on devait échouer sur le premier point", avait expliqué mardi Anthea MacIntyre, eurodéputée conservatrice et rapporteure de la proposition au Parlement européen, lors d'un débat précédant le vote. La nouvelle réglementation doit faciliter une détection plus en amont et une éradication rapide des parasites végétaux nuisibles.

Priorisation

Parmi les outils dont va se doter l'UE, le commissaire européen à la Santé Vytenis Andriukaitis a souligné l'importance de la priorisation des plans d'actions pour l'éradication des parasites identifiés, la simulation d'exercice dans le cadre de ces plans, ou encore la possibilité pour l'UE d'adopter une politique plus proactive contre l'entrée de parasites végétaux depuis des pays tiers ainsi que sur l'importation de plantes et produits végétaux.  

Les Etats membres restent toutefois responsables en matière de contrôles de produits importés, a-t-il souligné. La dernière révision de la réglementation en la matière datait de 2000. L'UE a depuis fait face à plusieurs épidémies destructrices pour certaines plantes, comme le xylella qui s'attaque aux oliviers en Italie mais aussi dans le sud de la France, ou le chalara, qui a ravagé les forêts de frênes britanniques et récemment provoqué la fermeture de cinq forêts dans le nord de la France. En 2015, la valeur des productions issues de récoltes dans l'UE est grimpé à plus de 200 milliards d'euros.

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires