La Banque mondiale s’inquiète du pic de certains prix alimentaires

La Banque mondiale s’inquiète du pic de certains prix alimentaires

Le président de la Banque mondiale (BM) s’inquiète de la flambée de certains prix alimentaires, sous l'effet notamment d'une vague de sécheresse aux Etats-Unis, et de ses "conséquences néfastes" sur le sort des populations pauvres.

"Nous ne pouvons pas tolérer que des pics de prix alimentaires à court terme aient des conséquences néfastes à long terme sur les populations mondiales les plus pauvres et les plus vulnérables", a déclaré Jim Yong Kim.

Selon la BM, la sécheresse qui touche plusieurs grands pays producteurs de céréales a fait flamber les cours mondiaux de certains produits agricoles depuis la mi-juin, notamment le blé (+50%) et le maïs (+45%). Le prix des graines de soja a lui augmenté de 30% depuis le début juin et de 60% depuis la fin 2011.

"Jusqu'à début juin, les analystes s'attendaient à une chute des prix après les nouvelles récoltes", a souligné la BM, notant que la "terrible sécheresse" qui frappe le centre des Etats-Unis était alors totalement "imprévisible".

Les Etats-Unis, qui assurent plus de la moitié des exportations de maïs dans le monde et un quart de celles de blé, sont touchés par une des plus graves sécheresses.

Le manque d'eau a aussi affecté plusieurs pays d'Europe de l'Est et l'Inde, précise la BM.

"La hausse des prix ne va se répercuter seulement sur le pain et les produits transformés mais également sur l'alimentation animale et, en bout de chaîne, sur le prix de la viande", estime la Banque mondiale qui relève toutefois des différences avec la crise alimentaire de 2008 qui avait provoqué des émeutes de la faim.

Les stocks de riz restent "relativement confortables", note la BM, alors que cet aliment crucial dans les pays pauvres avait vu son prix plus que tripler en 2008.

Source d'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier