La Commission européenne débloque 500 millions d'euros pour soutenir les agriculteurs

La Commission européenne débloque 500 millions d'euros pour soutenir les agriculteurs

La Commission européenne a proposé lundi 500 millions d'euros pour tenter de résoudre la crise actuelle qui touche particulièrement les marchés du lait et du porc, alors que des milliers d'agriculteurs manifestaient à Bruxelles.

"La Commission va proposer que la partie la plus significative de ce paquet soit fournie à tous les États membres sous forme d'enveloppes pour soutenir le secteur laitier", a précisé l'exécutif bruxellois dans un communiqué. Elle promet un "égard particulier" pour les États membres les plus touchés.

Sa réponse veut avoir un impact à trois étages: répondre aux difficultés de trésorerie des agriculteurs, stabiliser les marchés et s'attaquer au fonctionnement de la chaîne de production.

Elle met ainsi l'accent sur l'aide au stockage privé, à la fois dans le secteur laitier avec un fonctionnement amélioré et aussi pour la viande de porc avec un nouveau programme. La Commission va également intensifier la promotion de ses produits du terroir à l'exportation, en augmentant le budget dédié en 2016, et plancher sur de nouveaux accords commerciaux bilatéraux, à l'image de ceux conclus récemment avec le Canada et le Vietnam.

 

Pas de hausse du prix d’intervention

Fidèle à une approche libérale de la Politique agricole commune (PAC), Jyrki Katainen vice-président chargé de l'Investissement qui présentait les mesures lundi après-midi en lieu et place de son confrère chargé de l'Agriculture, souffrant, a écarté l'idée de relever le prix d'intervention.

"Cela pèserait sur la compétitivité de l'Union pour les 10% (ou plus) de la production laitière qui doit être exportée", a-t-il souligné, précisant que cela ne jouerait de toute façon pas en faveur d'un retour à l'équilibre.

La mesure était pourtant réclamée par certains pays, comme la France, l'Espagne, l'Italie ou le Portugal.  Actuellement, le mécanisme de soutien se déclenche au prix d'un peu plus de 21 centimes le kilo de lait en poudre. Il a été activé au cours de l'été dans plusieurs pays, notamment la Lituanie et la Finlande, voisins de la Russie et particulièrement touchés par l'effondrement des marchés.

Il s'agit d'un subtil équilibre: une hausse trop significative de l'aide aux producteurs laitiers pourrait créer un effet d'aubaine et, surtout, ne réglerait pas le problème de surproduction.

Confrontée à un effondrement des prix sur le marché du lait, l'Europe cherche des solutions lors de cette réunion exceptionnelle, demandée par la France, sans revenir à son précédent interventionnisme duquel elle a tourné la page avec la fin des quotas laitiers en mars.

  

 

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 10

@59

En France on est pas légaliste, c'est-à-dire qu'on tolère plus facilement le travail au noir (mais c'est surtout du gris, on déclare un peu pour être couvert, ou on fait une demi heure de plus gratos) surtout dans le bâtiment et les récoltes manuelles.
Les Allemands sont légalistes alors ils déclarent de très bas salaires.
Ce sont de pays différents et c'est partout pareil: la Chine (industrie bas de gamme) c'est pas le Japon (pays ayant peut-être le plus de brevet par habitants), Les États-unies ne sont pas le Canada (et pourtant c'est des territoires coloniaux qui ont pris leurs indépendances), l'Espagne n'est pas l'Italie (et pourtant ce sont des pays latins).
Les économistes font comme ci les gens n'étaient que des agents muent par des besoins économiques, mais c'est faux, il y a des histoires, des habitudes.
Un industriel Alsacien a dit: si j'ai besoin de d'agrandir mon usine je prend des Allemands, si je prend des Français, je suis sur que j'aurai des problèmes du type, je peux pas installer la chaudière y à un poteau au milieu, parce que le charpentier trouvait la portance trop juste, chacun on fait qu'à son idée.
Mais si j'ai besoin d'une réparation, jamais je n’appelle les Allemands, ils arrivent, ils ont pas la pièce et l'usine est à l'arrêt une semaine, par contre les Français ont comprends pas ce qu'ils font, mais l'usine tournera le soir même.
Rigueur ou créativité... on peut pas tout avoir, mais ça sert à rien de se mentir en devenant des parodies d'allemands.
Les parodies c'est drôle, mais ça marche moins bien.
Faut qu'on soit créatif, mais les allemands alternent des phases de rigueurs frénétiques et des phases de générosités exacerbés (parce que il va falloir les logés les formés et pour les travailleurs pauvres Allemands, cela va faire des tensions), c'est pas forcement très sain (c'est l'avantage de la France tout le monde veut être président, en Allemagne on suit le chef, même s'il est taré et c'est une énorme pression mentale pour le chef qui essaye de bien faire).

59

du personnel a moins de 10 euros. les allemands y arrivent bien. et ils sont beaucoup plus compétitifs que nous a tout niveau. mais nous en France y a pas moyen. c est peut être prématuré mais pourquoi les allemands sont ok pour les migrants.ne serait ce pas pour avoir de la main d'œuvre a bas cout.

@beber12

même en diminuant les coûts au pied de ta ferme, est-ce que t'on mécano va trouver du personnel à moins de 10 euros de l'heure (salaire plus cotisation), est-ce que le chauffeur qui vient de prendre ton lait ou tes cochons acceptent de diminuer son salaire ou ces droits, est-ce que les cadres de l’agroalimentaire (privés et publics) sont prés à baisser leurs salaires (en Pologne c'est moins cher) est-ce que ceux qui ont un conjoint comptable, banquière, institutrice, aide soignante sont d'accord pour que leurs épouses diminuent leurs charges (salariales, droit à la retraite, vacance, maladie), est-ce que tu es pour que tes gosses soient considérés comme des Turcs?
Et est-ce que tu es décroissant?, parce qu'il y a plusieurs moyens de calculer le PIB, c'est la somme des richesses créer, mais on peut le calculer autrement consommation intérieur (salaire moins capitalisation) ajouter à l'exportation, si tu baisses les salaires, il faudra que exporte autant et bas c'est pas gagner, tout les pays qui l'ont fait (Espagne, Angleterre, Allemagne, Grèce) ont vues leurs PIB baisser (la consommation interne à baissé plus vite que l'exportation supplémentaire) sauf l'Allemagne (mais il y a l'exportation de machine outil en Chine, la Chimie, Bayer et BASF c'est des leader mondiaux, les voitures de luxes, nous on aurait du garder le marché Iranien avec Peugeot).
Un seul pays (et encore 12 millions pauvres tu parles d'une gloire) sur 18 a vu sont PIB tenir, les autres ne sont pas l'Euro (comme la Pologne).
Tu as deux choix, soit la Creuse, soit la Bretagne, soit tu investis dans une région (la Bretagne, mais elle a bénéficié du courage de l'île de Saint), soit tu ne veux pas d'impôts et pour les 3/4 de la France ce sera un niveau de vie qui sera en dessous de celui de la Creuse.

Beber12

Relever le prix du lait revient à la rendre encore moins compétitif pour le vendre à l'export; donc à encombrer encore plus le marché interieur.
Le fonds du sujet, ce sont les charges. On ne peut pas déréguler le marché et favoriser le commerce tout en conservant nos coûts de production (MSA, assurances, impots, services,....)
C'est vrai pour l'agriculture comme pour tous les métiers de production.

1584

gnagnagna gnagnagna bové pinatel et autres consorts sauveurs en tous noms étaient où? quand on en cite un faut pas oublier les autres et dire ce qu'ils font ; mais là c'est silence radio. bravo les gars pour votre objectivité. pour ceux qui auraient oublié bové est député européen et depuis qu' il a la paie il a disparu et ne soutient même pas sa famille politique!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier