LA CUMA DES SOURCES INNOVE ET VALORISE SES PRODUITS

anne clergeau

LA CUMA DES SOURCES INNOVE ET VALORISE SES PRODUITS

Soucieux de faire toujours plus d'économie, et de valoriser les sous produits, Gilles Brizard, Trésorier de la Cuma des Sources, a su convaincre les adhérents de la Cuma pour adapter sur leur moissonneuse batteuse, un récupérateur de menues pailles.

Eleveur hors sol, Gilles Brizard a porté le projet au nom de la Cuma des Sources. Face à l'augmentation des copeaux de bois, jusqu'alors principale litière de ses veaux, l'idée de récupérer les menues pailles à la sortie de la moissonneuse fait son chemin. L'entreprise Thierard, dans les Ardennes, est la seule à pouvoir y répondre.
Après une étude rondement menée, les adhérents décident d'équiper leur moissonneuse batteuse achetée d'occasion en 2001 d'un caisson récupérateur de menues pailles.
Cet équipement permet de répondre au Grenelle de l‘environnement par un désherbage mécanique simplifié, une réduction les intrants, et de diminuer le temps de temps de travail (97 % des adventices récupérées). Les menues pailles récupérées sont stockées en silo chez les exploitants qui les valorise en litière ou en alimentation.
Le volume récupéré représente 20m3/ha.
Le principe est simple : la menue pailles est répartie dans deux vis verticales qui la transfèrent dans une trémie montée à l'arrière de la machine. La matière ainsi récupérée est vidée en bout de champ par basculement du caisson.


L'investissement s'élève à 26.100 € et a pu bénéficier d'aides du Conseil Général, du Conseil Régional et de l'Europe.

La Moissonneuse travaille 200 ha par an, dont 30 ha de tournesol, et 60 ha de maïs.
Elle est logée à l'année chez Gilles Brizard et son entretien est réalisé par tous les adhérents avant la campagne. Ayant été achetée d'occasion en 2001, les adhérents vont devoir procéder à un entretien minutieux et de qualité pour qu'elle résiste jusqu'à la fin du remboursement du prêt du récupérateur de menues pailles en 2015. Equiper le récupérateur sur une nouvelle machine entraînerait beaucoup de frais d'adaptation.
La Cuma compte aujourd'hui 7 adhérents (2 en système vaches allaitantes, 2 laitiers, 1 hors sol, et 1 en céréalier) et plus d'une dizaine de matériels : ensileuse, épandeur, moissonneuse batteuse, cage de contention, plateau, pulvérisateur, semoir, …

Face à l'augmentation du prix du fuel, du gaz ou encore du bois, Gilles Brizard pense déjà à valorise ses menues pailles pour le chauffage …

Affaire à suivre ...



Source cuma 03

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier