La ferme Auvergne : Passée au peigne fin durant sept mois

Sophie Giraud

Fin avril 2011, le ministère de l'Agriculture sera en mesure de fournir une photographie détaillée de l'agriculture, grâce aux opérations de recensement en cours.

Texte :
En Auvergne, comme dans toutes les régions françaises, le recensement agricole a commencé, il y a une quinzaine de jours. “Toutes les exploitations de plus d'un hectare seront enquêtées, soit 28 000 structures dont 17 000 sont qualifiées de professionnelles”, explique Jean-Paul Meunier, chef du service statistique à la Draaf. Les 93 enquêteurs ont entamé les entretiens individuels. En moyenne, chacun va interroger 300 exploitants. Et en 2010, l'ensemble des données seront saisies automatiquement par les enquêteurs sur des Tablet PC (écran tactile) avec à la clé un gain de temps et une diminution des erreurs. En une heure, l'équivalent de 24 pages papier devrait être renseigné. Le recensement agricole étudie toutes les facettes de l'agriculture contemporaine. Quelque 700 données sont recueillies relevant de grandes thématiques dont les cultures et superficies cultivées, l'élevage et le cheptel, les modes de protection des cultures, l'équipement des exploitations, la diversification des activités (activité non agricole comme le tourisme vert), la commercialisation des produits, l'emploi, la gestion de l'exploitation…

Sujets émergents

Tous les dix ans, les pratiques et la réglementation évoluant, l'enquête se dote de nouvelles questions. Les agriculteurs seront ainsi également interrogés, cette fois-ci, sur leurs méthodes de travail du sol, sur leurs pratiques de fertilisation et d'utilisation des produits phytosanitaires. Une série de questions abordera les énergies renouvelables (utilisation, production de biocarburants, méthanisation, chauffe-eau solaire, photovoltaïque), tandis qu'une autre fera le point sur l'utilisation de l'eau. “Les données recueillies constituent un outil majeur d'aide à la gestion et à l'aménagement du territoire. Elles contribuent au pilotage des politiques agricoles aux échelons régional, national et communautaire”, estime Yann Dorsemaine, directeur régional de l'agriculture et de la forêt. Comme à chaque recensement, il ne doute pas que celui de 2010 viendra confirmer des grandes tendances. “Nous ne faisons pas de réelles découvertes. L'enquête permet d'affiner et de préciser les choses”, commente-t-il. Avant même d'avoir les chiffres sous les yeux, Yann Dorsemaine sait que la dernière décennie que viennent de traverser les agriculteurs a été marquée par des crises plus aiguës et plus nombreuses. Un contexte qui va forcément peser à un moment ou à un autre, notamment sur la disparition des exploitations. En avril 2011, à l'issue de sept mois d'enquête, la Draaf devrait être en mesure de livrer une photographie complète de l'agriculture auvergnate.
Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Source L'Union du Cantal

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier